Événements connexes

Si vous souhaitez annoncer un événement scientifique (séminaire, colloque, congrès…) ou une publication en lien avec nos thématiques de recherche, veuillez adresser par courriel votre annonce à Samuel Cuisinier-Delorme : samuel.cuisinier-delorme@uca.fr.

 

12. Appel à communications – Colloque international « Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains » (Université Jean Monnet, Saint-Étienne – ECLLA, Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts – 18 et 19 mai 2021)

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit.

La catastrophe semble faire aujourd’hui l’objet d’un désir renouvelé (Henri-Pierre Jeudy, Le Désir de catastrophe). On s’intéressera donc à ce qui est en jeu dans l’utilisation même du terme et à la manière dont les pratiques artistiques contemporaines s’en saisissent pour mener une réflexion à la fois sur et par la catastrophe.

L’engouement constant pour les films catastrophe, l’essor des fictions éco-dystopiques (Frederick Buell, From Apocalypse to Way of Life) témoignent de la prolifération des imaginaires de la catastrophe, notamment dans l’industrie de la fiction. Ceux-ci reposent bien souvent sur une dramaturgie attendue dans laquelle la catastrophe elle-même constitue un prétexte et s’inscrit dans un récit fondé sur une logique causale avant/après. Comment l’œuvre d’art, quel que soit son medium, dépasse et/ou déplace cette dramaturgie ? Peut-on penser à un art qui ne traduise pas seulement la catastrophe mais qui la fasse advenir au sein même de l’œuvre ? En effet, la catastrophe comme dérèglement marquant une rupture d’intelligibilité nous engage, voire nous force, à repenser les manières dont nous appréhendons le monde. Il ne s’agit pas de reconduire les topoï de l’indicible et de l’irreprésentable. Comprise au sens morphologique du mot, la catastrophe se fait génératrice de potentialités littéraires et artistiques, et invite ainsi à une réflexion qui esquisserait les contours de ce que peut être sa poïétique.

S’il y a un besoin de rendre à la catastrophe sa puissance de sidération, sa charge aussi bien affective que sensible, c’est peut-être que la prolifération des imaginaires catastrophistes conduit à une certaine uniformisation. L’ubiquité de la catastrophe tient en partie à celle des images, prises par des témoins, anonymes ou non, et dont la circulation est accélérée par les réseaux sociaux. La multiplication des points de vue possibles semble achopper aux codes du spectaculaire qui donnent à certaines images leur valeur iconique – vision dantesque de méga-incendies, paysages dévastés par un tsunami, un ouragan ou le souffle d’une explosion. Il n’est en ce sens pas anodin que des experts des réseaux sociaux aient cherché à élaborer des « disaster emojis » (emerjis), selon eux, ce qu’il y a de plus proche d’un langage universel. On retiendra l’effort de standardisation au nom de l’efficacité communicationnelle et un désir de s’affranchir des barrières linguistiques qui réactualisent la « guerre des signes » (W.J.T. Mitchell, Iconology), cette rivalité entre mots et images. Au-delà de sa valeur anecdotique, cette démarche interroge par contrecoup la manière dont la catastrophe est donnée à voir au XXIe siècle, et donc la rhétorique des images qu’elle produit : non seulement ce qu’elles disent, mais aussi les discours qu’elles génèrent. Plus largement, on pourra en étudier les enjeux représentationnels à la lumière des études intermédiales, notamment de la réévaluation de la notion de remédiation introduite par Jay David Bolter et Richard Grusin en 1999.

La réévaluation de la dimension spectaculaire pose également la question de la catastrophe dans son rapport au lieu, dans son avoir lieu. L’importance accordée aux mémoriaux et aux ruines atteste cet enchevêtrement du temps et de l’espace pris dans un même bouleversement des modes d’être au lieu. On pense à ce parcours sonore en 2004 qui, narré par la voix de Paul Auster, conduit le flâneur aux abords de Ground Zero. De telles productions, par leur caractère multimédia et interactif, étendent l’expérience de la catastrophe à celles et à ceux qui n’en ont été ni victimes, ni témoins. On peut ainsi se demander si la catastrophe ne conduit pas à une monumentalisation du lieu, qui, en lui donnant un sens fixe et univoque, cherche à circonscrire ce dernier, comme pour contrer, pallier le caractère débordant de l’événement catastrophique. Les bouleversements des modes d’être au lieu ouvrent sur une problématique qui s’impose avec la catastrophe, celle de l’habiter, ou plutôt de l’habitabilité. La précarité que partagent l’espèce humaine et le reste du vivant invite les artistes contemporains à emprunter de nouvelles voies conceptuelles et esthétiques pour la penser et la donner à penser.

Les communications pourront aborder, dans le champ des pratiques artistiques contemporaines, les pistes de réflexions suivantes :

  • fictions de la catastrophe  (cinéma, séries, littérature) : critique, réévaluation de sa dramaturgie et de sa mise en récit
  • la catastrophe par l’œuvre d’art  : pratiques et réception
  • scénographie de la catastrophe dans la photographie et les arts visuels
  • médiatisation et médiation de la catastrophe
  • représentations et réinvestissements des lieux de la catastrophe (béances, friches, ruines…)
  • les rapports des arts et des lettres aux discours scientifiques
  • le langage de la catastrophe (évolutions linguistiques, créations lexicales …)

Les propositions de communications (400 mots environ), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, seront adressées avant le 4 janvier 2021 à Sophie Chapuis (sophie.chapuis@univ-st-etienne.fr), Anne-Sophie Letessier (anne.sophie.letessier@univ-st-etienne.fr) et Aliette Ventéjoux (aliette.ventejoux@univ-st-etienne.fr).

Les notifications d’acceptation seront envoyées avant le 29 janvier.

Les communications, en anglais ou en français, auront une durée de vingt minutes.

Étant donné le climat d’incertitude lié à la crise sanitaire, nous mettrons en place les moyens techniques pour que les interventions puissent se faire par visioconférence si besoin.


11. Appel à contributions – « Lanscapes and aesthetic spatialities in the Anthropocene » (revue RANAM, Recherches anglaises et nord-américaines, numéro à paraître en juin  2021).

The Western idea of landscape is generally considered to have emerged in the early modern period, resulting from a new relationship to space, a “new spirit of place identity” (Olwig 1996) that was itself the product of changing socio-economic conditions, in particular the development of individual land ownership (Cosgrove 1984,1985). It may notably be understood as a new way of seeing that served comparable purposes to surveying and mapping in the process of appropriation of space which occurred in that period (Cosgrove 1985).

It may, however, also be understood as an aesthetic response to the early stages of European urbanisation which took place at that time and to the new awareness of rural spaces that distance from them entailed. As Michel Collot points out, one can only talk of landscape from the moment one perceives it (« On ne peut parler du paysage qu’à partir de sa perception ») (Roger 2009, 210). « Landscape » is perceived space that is given aesthetic value, the need for which seems to have arisen from an original separation.

Beyond this initial severance, the history of the idea of landscape appears to be punctuated by episodes of tension between man and the natural world, in which aesthetic constructions of the latter appear to be correlated to a sense of loss. Just as a removal from rurality seems to have prompted the development of the Renaissance aesthetics of landscape, the flourishing of landscape painting in the Romantic period could be conceived as a response to industrialisation.

Today, with the rapid degradation of our natural environments, and the observable disjunction between the economic uses of territories and their aesthetic value, the need to make aesthetic sense of the spaces we live in is as pressing as ever. Yet the paradigm of landscape as it was constructed in early modern times may no longer be relevant to contemporary environments that contradict earlier conventions of aesthetisation and representation. While some argue that ours is a « post-landscape » age (Wall 2017), highlighting the obsoleteness of the idea, others experiment with new aesthetic spatialities and suggest new artistic practices of space. Contested, unstable and transitional sites, such as derelict urban spaces, redevelopment projects and borderlands become crucial to these redefinitions.

In this issue of RANAM (Recherches anglaises et nord-américaines), we would like to explore the idea of landscape and its current relevance in the face of contemporary environmental challenges, inquire whether and how we can still give aesthetic and artistic meaning to our environment, but also examine the various ways in which the boundaries between nature and culture may be renegotiated in the context of the Anthropocene.

We welcome contributions that focus on the English-speaking world, analysing artistic representations or practices of space, as well as discourses on landscapes. Papers may discuss temporal and geographical variations of the idea of landscape, previous engagements with landscape in the visual arts, contemporary artistic interventions in and reflections upon our changing environments, but also the role aesthetic spatialities can play in the building of national/regional identity and cohesion, or the ways in which they can be used to respond to economic or political claims over the environment. Please send a proposal of up to 450 words and a short bio (up to 150 words) to Sandrine Baudry (sbaudry@unistra.fr), Hélène Ibata (hibata@unistra.fr) and Monica Manolescu (manoles@unistra.fr) by March 31st, 2020. Notification of acceptance will be given shortly afterward. The deadline for the full articles (5000 to 6000 words) is September 15th, 2020.

References :

  • ANDREWS, M., Landscape and Western Art, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • CASTEEL, Sarah Phillips, Second Arrivals: Landscape and Belonging in Contemporary Writing of the Americas, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007.
  • CAUQUELIN, A., L’Invention du paysage, Paris, PUF, 2000.
  • CHEETHAM, M., Landscape into Eco Art: Articulations of Nature Since the ’60s, University Park, Penn State University Press, 2018.
  • COLLOT, M., “Points de vue sur la perception des paysages”, in A. Roger (ed.), La Théorie du Paysage en France, Seyssel, Champ Vallon, 2009.
  • COSGROVE, D., Social Formation and Symbolic Landscape, Madison, University of Wisconsin Press, 1984.
  • DAVIS, H., and E. TURPIN (eds.), Art in the Anthropocene. Encounters Among Aesthetics, Politics, Environments and Epistemologies, London, Open Humanities Press, 2015.
  • HOWARD P. et al. (eds.), The Routledge Companion to Landscape Studies, 2nd edition, London, Routledge, 2019.
  • KAISER, P. and M. KWON (eds.), Ends of the Earth. Land Art to 1974, Munich, Prestel, 2012.
  • KUSSEROW, K. and BRADDOCK, A.C. (eds.), Nature’s Nation. American Art and Environment, New Haven, Yale University Press, 2018.
  • KRAUSS, W., “Post-environmental landscapes in the Anthropocene”, in P. Howard et al. (eds.), The Routledge Companion to Landscape Studies, 2nd edition, London, Routledge, 2019.
  • OLIVER-SMITH, K., The World to Come: Art in the Age of the Anthropocene, Gainesville, Harn Museum of Art, 2018.
  • OLWIG, K., “Recovering the Substantive Nature of Landscape”, Annals of the Association of American Geographers 86 (4) (1996): 630–653.
  • ROGER, A., Nus et paysages. Essai sur la fonction de l’art, Paris, Aubier, 1978.
  • SCHAMA, S., Landscape and Memory, London, Vintage, 1996.
  • SCOTT, E. and K. SWENSON (eds.), Critical Landscapes. Art, Space, Politics, Berkeley, University of California Press, 2015.
  • WESTPHAL, B., La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.

10. Appel à communications – colloque « Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie » (Université de Bretagne Occidentale, 19-20 novembre 2020)

« Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie » est un colloque organisé par Estelle Castro-Koshy (Senior Researcher, James Cook University), Géraldine Le Roux, (Maître de Conférences, UBO, James Cook University), Jean-Marc Serme (Maître de Conférences en Études américaines, IdA-Brest et HCTI, UBO). Il se tiendra à Brest les 19 et 20 novembre 2020.

L’appel à communications est disponible en cliquant ici.

Les propositions, en français ou en anglais, ainsi qu’une courte biographie, sont à adresser aux organisateurs avant le 30 avril 2020.


9. Troisième journée d’études Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (inteRRsoc), lundi 9 décembre 2019 – 14h (Maison des Sciences et de l’Homme de Clermont-Ferrand)

La troisième journée d’études Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (inteRRsoc) se déroulera le 9 décembre 2019, à partir de 14h, à la Maison des Sciences et de l’Homme – 4 rue Ledru à Clermont-Ferrand (Amphithéâtre 219).

Elle s’articulera autour de la « Prévention des risques naturels. Harmonisation des façons de voir et/ou de faire entre les différents acteurs : une mission impossible ? »

Différents intervenants prendront part à cet événement et animeront des conférences :

  • Marie-Noëlle GUILBAUD sur le thème :  » Utiliser le géopatrimoine pour créer des sociétés résilientes aux risques naturels: Exemples à Mexico et Clermont-Ferrand. »
  • Sandrine REVET sur :  » Le monde des professionnels des catastrophes « naturelles » : entre préparation et résilience. »
  • Pierre DIAS sur :  » Confiance en la gestion des acteurs publics et comportements des habitants face aux risques d’inondation. « 

Retrouvez toutes les informations sur le site de CAP 20-25 en cliquant ici.


8. Appel à contributions : « UNDERSTANDING, ACKNOWLEDGING, REPRESENTING ENVIRONMENTAL EMERGENCY » (Numéro spécial de la revue E-Rea, juin 2021)

Sylvie Nail (Professeur de civilisation britannique, Université de Nantes) et Camille Manfredi (Professeur de littérature britannique, Université de Nantes) lancent un appel à contributions pour un numéro spécial de la revue E-Rea à paraître en juin 2021. Ce numéro portera sur la question de l’urgence climatique, sous le titre « Understanding, Acknowledging, Representing Environmental Emergency. »

Le texte de cadrage de l’appel est disponible ici : 
https://www.fabula.org/actualites/understanding-acknowledging-representing-environmental-emergency_93684.php

Les propositions doivent être adressées conjointement aux deux co-éditrices
(sylvie.nail@univ-nantes.fr et camille.manfredi@univ-nantes.fr) avant le 31 janvier prochain, et les articles devront être soumis fin octobre 2020.


7. « Les administrations des Bourbons face aux désastres naturels en Europe et en Amérique (1700-1830) » (Université d’Alicante, 14-15 octobre 2019)

Dans le cadre du programme international APURIS et de l’I-site Cap 2025, la MSH de Clermont-Fd, co-organise avec l’Université d’Alicante, l’Université de Naples/ERC Starting Grant, et la Casa de Velázquez, un colloque sur le thème « Les administrations des Bourbons face aux désastres naturels en Europe et en Amérique (1700-1830) ». Ce colloque a lieu les 14 et 15 octobre, à Alicante.

 


6. Baths et Spa Waters in the Literature and Culture of Early Modern England (Université Clermont Auvergne, Vichy, 9-11 octobre 2019)

Sophie Chiari et Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne) proposent de poursuivre l’analyse de l’eau, non plus comme vecteur de catastrophe naturelle, mais sous l’angle du thermalisme dans l’Angleterre de la première modernité lors d’un colloque international qui se tiendra à Vichy les 10 et 11 octobre 2019. Il sera procédé d’une série de conférences le 9 octobre, « Regards sur le thermalisme européen du Moyen Âge au XIXe siècle ».

http://www.bathsandspa-conference.fr


5. « Explorations and Geographies of the Self: Microcosmic and Macrocosmic Shakespeare » (ESRA, Rome, 2019)

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne) et Janet Clare (Université de Hull, UK) proposeront un atelier sur le thème de la cosmographie chez Shakespeare lors du congrès de la European Shakespeare Research Association à Rome en 2019. Le texte de cadrage est disponible ici.


4. « Shakespearian Skies: Weather and Climate » (SAA, Washington DC, 2019)

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne) et Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon) seront présentes au prochain congrès de la Shakespeare Association of America (SAA) à Washington DC en avril 2019, où elles présideront un atelier sur la question du ciel dans le théâtre shakesparien.


3. Colloque « Le Théâtre face à l’avenir climatique » (CDN Nanterre-Amandiers, Université Paris 8, vendredi 14 décembre 2018)

Eliane Beaufils (Université Paris 8) organise un colloque sur le théâtre face à l’avenir climatique. Il se tiendra au théâtre Nanterre-Amandiers le vendredi 14 décembre 2018 de 9 heures à 18 heures.

Le programme complet se trouve ici.

Entrée libre.

 


2. Journée d’étude « La Catastrophe » (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, vendredi 14 décembre 2018)

Dans le cadre de l’UFR LLCSE de la Sorbonne Nouvelle se tiendra une journée d’étude transversale sur le thème de « La Catastrophe » organisée par Patrick Dieuaide et Claire Tardieu.

Date : vendredi 14 décembre 2018 de 10h à 17h.

Lieu : Grand Amphi de l’Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’école de Médecine, 75006 Paris.

Vous pouvez découvrir le programme de cette journée d’étude en cliquant ici.

1. « Arts/Stars : les astres dans la poésie et les arts de l’Antiquité au Romantisme » (Université Grenoble-Alpes, 30 novembre 2018)

Une journée d’étude intitulée « Arts/Stars : les astres dans la poésie et les arts de l’Antiquité au Romantisme », organisée par Florian Barrière et Caroline Bertonèche, se tiendra à l’ Université Grenoble-Alpes le vendredi 30 novembre.

             


Si vous souhaitez annoncer un événement scientifique (séminaire, colloque, congrès…) ou une publication en lien avec nos thématiques de recherche, veuillez adresser par courriel votre annonce à Samuel Cuisinier-Delorme : samuel.cuisinier-delorme@uca.fr.