Événements connexes

14. Colloque international « Représentations et perceptions des risques naturels » (Université Clermont Auvergne – CELIS, ComSocs, Laboratoire Magmas et Volcans)

Date : 7 et 8 juin 2021
Lieu(x) : MSH (4 rue Ledru à Clermont-Ferrand) – En ligne sur Teams

Organisateurs : Viviane Alary (CELIS), Sébastien Rouquette (Communication et Sociétés) et Benjamin Van Wyk de Vries (Laboratoire Magmas et Volcans)

Plus d’informations et programme en cliquant ici.

 


13. Journée d’étude « Catastrophes naturelles et dynamiques du changement. Textes et contextes antiques et médiévaux » organisée par  le Centre de Recherches sur les littératures et la Sociopoétique (CELIS – EA 4280, Université Clermont Auvergne)

Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet I-SITE Clermont Auvergne CAP 20-25, challenge 4 « Risques naturels catastrophiques et vulnérabilité socio-économique », aura lieu les 27 et 28 mai 2021 en ligne.

Responsable scientifique : Fabrice Galtier.

Pour plus de renseignements, veuillez consulter le site du CELIS : Cliquez ici


12. Colloque international : « Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains » / International Conférence : « Representing Catastrophe in Contemporary Arts and Letters: Conceptual and Formal Reevaluation »

Université Jean Monnet, Saint-Étienne, ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

17, 18 et 19 mai 2021 – Colloque en ligne / Online conference

Organisatrices/Organizers

Twitter : @CataConf / Mail cataconf@protonmail.com

———

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit.

La catastrophe semble faire aujourd’hui l’objet d’un désir renouvelé (Henri-Pierre Jeudy, Le Désir de catastrophe). On s’intéressera donc à ce qui est en jeu dans l’utilisation même du terme et à la manière dont les pratiques artistiques contemporaines s’en saisissent pour mener une réflexion à la fois sur et par la catastrophe.

L’engouement constant pour les films catastrophe, l’essor des fictions éco-dystopiques (Frederick Buell, From Apocalypse to Way of Life) témoignent de la prolifération des imaginaires de la catastrophe, notamment dans l’industrie de la fiction. Ceux-ci reposent bien souvent sur une dramaturgie attendue dans laquelle la catastrophe elle-même constitue un prétexte et s’inscrit dans un récit fondé sur une logique causale avant/après. Comment l’œuvre d’art, quel que soit son medium, dépasse et/ou déplace cette dramaturgie ? Peut-on penser à un art qui ne traduise pas seulement la catastrophe mais qui la fasse advenir au sein même de l’œuvre ? En effet, la catastrophe comme dérèglement marquant une rupture d’intelligibilité nous engage, voire nous force, à repenser les manières dont nous appréhendons le monde. Il ne s’agit pas de reconduire les topoï de l’indicible et de l’irreprésentable. Comprise au sens morphologique du mot, la catastrophe se fait génératrice de potentialités littéraires et artistiques, et invite ainsi à une réflexion qui esquisserait les contours de ce que peut être sa poïétique.

S’il y a un besoin de rendre à la catastrophe sa puissance de sidération, sa charge aussi bien affective que sensible, c’est peut-être que la prolifération des imaginaires catastrophistes conduit à une certaine uniformisation. L’ubiquité de la catastrophe tient en partie à celle des images, prises par des témoins, anonymes ou non, et dont la circulation est accélérée par les réseaux sociaux. La multiplication des points de vue possibles semble achopper aux codes du spectaculaire qui donnent à certaines images leur valeur iconique – vision dantesque de méga-incendies, paysages dévastés par un tsunami, un ouragan ou le souffle d’une explosion. Il n’est en ce sens pas anodin que des experts des réseaux sociaux aient cherché à élaborer des « disaster emojis » (emerjis), selon eux, ce qu’il y a de plus proche d’un langage universel. On retiendra l’effort de standardisation au nom de l’efficacité communicationnelle et un désir de s’affranchir des barrières linguistiques qui réactualisent la « guerre des signes » (W.J.T. Mitchell, Iconology), cette rivalité entre mots et images. Au-delà de sa valeur anecdotique, cette démarche interroge par contrecoup la manière dont la catastrophe est donnée à voir au XXIe siècle, et donc la rhétorique des images qu’elle produit : non seulement ce qu’elles disent, mais aussi les discours qu’elles génèrent. Plus largement, on pourra en étudier les enjeux représentationnels à la lumière des études intermédiales, notamment de la réévaluation de la notion de remédiation introduite par Jay David Bolter et Richard Grusin en 1999.

La réévaluation de la dimension spectaculaire pose également la question de la catastrophe dans son rapport au lieu, dans son avoir lieu. L’importance accordée aux mémoriaux et aux ruines atteste cet enchevêtrement du temps et de l’espace pris dans un même bouleversement des modes d’être au lieu. On pense à ce parcours sonore en 2004 qui, narré par la voix de Paul Auster, conduit le flâneur aux abords de Ground Zero. De telles productions, par leur caractère multimédia et interactif, étendent l’expérience de la catastrophe à celles et à ceux qui n’en ont été ni victimes, ni témoins. On peut ainsi se demander si la catastrophe ne conduit pas à une monumentalisation du lieu, qui, en lui donnant un sens fixe et univoque, cherche à circonscrire ce dernier, comme pour contrer, pallier le caractère débordant de l’événement catastrophique. Les bouleversements des modes d’être au lieu ouvrent sur une problématique qui s’impose avec la catastrophe, celle de l’habiter, ou plutôt de l’habitabilité. La précarité que partagent l’espèce humaine et le reste du vivant invite les artistes contemporains à emprunter de nouvelles voies conceptuelles et esthétiques pour la penser et la donner à penser.

———

JOUR 1/ DAY 1 – 17/05

13h30-14h : Accueil et ouverture du colloque/Welcome and opening remarks

PANEL 1 – Fictions de la catastrophe/Fictions of catastrophe

Modérateur/Chair : Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet)

  • 14h-14h30 : Dominique Faria (Université des Açores) : « Représentations de la catastrophe chez Jean Echenoz : décaler pour mieux saisir »
  • 14h30-15h : Jodie Lou Bessonnet (Université Bordeaux Montaigne) : « Fictions de la sixième extinction : d’une catastrophe mondiale à un deuil intime dans Sans l’orang-outan d’Éric Chevillard et de How the Dead Dream de Lydia Millet »
  • 15h-15h30 : Katia Fallonne (Université Toulouse II – Jean Jaurès) : « La catastrophe au théâtre : du processus de rupture et de décomposition tragique à la recomposition d’un monde »
  • 15h30-16h : Sana Alaya Seghair (Rollins College, États-Unis) : « L’immanence de la catastrophe lente à travers Soumission de Michel Houellebecq »

16h-16h15: Pause/Break

PANEL 2 – Habiter la catastrophe/Inhabiting the Catastrophe

Modératrice/Chair : Aliette Ventéjoux (Université Jean Monnet)

  • 16h15-16h45 : Justine Gonneaud (Université d´Avignon et des   Pays   du Vaucluse) : « Catastrophe(s) in Tom McCarthy’s Satin Island »
  • 16h45-17h15 : Maxim Shadurski (Siedlce University of Natural Sciences and Humanities – Poland) : “Representing Catastrophe through Landscape: detritus and dreams in the fictions of Maggie Gee and Will Self”
  • 17h15-17h45 : Maria Ferrández San Miguel (University of Zaragoza): “SF reflections on/through catastrophe and the exploration of the (post-)human”

———

JOUR 2/DAY 2 – 18/05

8h45-9h : Accueil/ Welcome

PANEL 3 – Paysages dévastés – Wastelands (1)

Modératrice/Chair : Gwenaëlle Bertrand (Université Jean Monnet)

  • 9h-9h30 : Aste Maylis (École Nationale Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse) et Floriane Chouraqui (Université de Tours) : « Représenter les territoires volcaniques : de la sidération spectaculaire à l’immersion dans un quotidien »
  • 9h30-10h : Danièle Méaux (Université Jean Monnet) : « Les photographies spectaculaires d’une mythologie inversée »
  • 10h-10h30 : Jonathan Tichit (Université Jean Monnet) : « Photographies de ruines, fascination et hantise de la catastrophe »

10h30-10h45 : Pause/break

 PANEL 4 – Paysages dévastés/ Wastelands (2)

Modératrice/ Chair : Anne-Sophie Letessier (Université Jean Monnet)

  • 10h45-11h15 : Yvonne-Marie Rogez (Université Paris 2-Panthéon Assas) : “ »The Perfect Storm »: Representation of Covid-19 Responses to Homelessness in the United States”
  • 11h15-11h45 : Joshua Parker (University of Salzburg) : “Narrativizing the 2011 Japan Tsunami Online”

11h45-13h30 : Déjeuner/Lunch 

PANEL 5 – La catastrophe et le document : reprise, réplique, déplacements / Documenting catastrophe : remake, replication, displacements

Modératrice/Chair : Anne Béchard-Léauté (Université Jean Monnet)

  • 13h30-14h : Charlène Clonts (Kyushu University, Japan) : « Claude Favre et la catastrophe migratoire : bifurcations et débordements de la poésie factuelle »
  • 14h-14h30 : Anne Favier (Université Jean Monnet) : « Répliques : les images latentes de la catastrophe »
  • 14h30-15h : Ariane Carmignac (Université de Lille/Université Jean Monnet) et Vincent Lecomte (Université Jean Monnet) : « Drôles d’événements ? La catastrophe vue à travers les formes de son remploi artistique »
  • 15h-15h30 : Jean Richer (Architecte/École nationale supérieure d’architecture Paris- Malaquais) : « L’accident dromologique dans l’œuvre d’Hito Steyerl »

15h30-16h : Pause/break

16h-17h30 : Conférencier invité/Keynote speaker

Greg Garrard (University of British Columbia): “Revising Apocalypse”

———

JOUR 3/DAY 3 – 19/05

8h45-9h00 : Accueil/Welcome 

PANEL 6 – L’événement catastrophique : sens, sensation, sensible/ The catastrophic event: sense and sensation

Modératrice/ Chair : Sarah Bouttier (École Polytechnique, Paris)

  • 9h-9h30 : Caroline Magnin (Sorbonne Université) : « Inscription sonore du trauma du 11 septembre dans le roman étasunien contemporain »
  • 9h30-10h : Aude Laferrière (Université Jean Monnet) : « « J’ai tout vu ce 11 septembre. J’étais là. » (Luc Lang) : 11 septembre, mon amour ou l’écriture d’une « apocalypse moderne » »
  • 10h-10h30 : Pierre-Louis Patoine (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Catastrophe, sensorium et formes de vie : les métamorphoses de l’humain dans The Drowned World et  Borne »
  • 10h30-11h : Olivier Belon (Université Jean Monnet) : « Vivre avec la catastrophe. Vivre avec l’image ».

11h-11h15 : Pause/Break 

11h15-12h : Créations musicales/Original musical compositions

Modératrice/Chair : Aliette Ventéjoux (Université Jean Monnet)

  • Vincent Lecomte (Université Jean Monnet) : « La catastrophe de l’origine », composition électro-acoustique de Vincent Lecomte inspirée du texte Les Ruines circulaires de Jorge Luis Borges. Texte lu par la comédienne Dominique Chenet.
  • Simon Cacheux (artiste sonore) : Urgens Metamorphosis, pièce sonore.

12h-14h : Déjeuner/Lunch

PANEL 7 – Langue et langage à l’épreuve de la catastrophe/ Language after Catastrophe  (1)

Modératrice/Chair : Sophie Chapuis (Université Jean Monnet)

  • 14h-14h30 : Quitterie de Beauregard (Ecole normale supérieure-Lyon) : « ‘And what does the word ‘city’ mean?’ – Le langage et la cité comme ruine dans la fiction apocalyptique contemporaine (Angela Carter, Cormac McCarthy et Octavia Butler) »
  • 14h30-15h : Eric Chevrette (University of Toronto Mississauga) : « Dire malgré la catastrophe. Le maldicible dans la pentalogie rwandaise de Jean Hatzfeld »

15h-15h15 : Pause/Break

PANEL 8 – Langue et langage à l’épreuve de la catastrophe/Language after Catastrophe (2)

Modérateur/Chair : Rémi Digonnet (Université Jean Monnet)

  • 15h15-15h30 : Claire Cox (Royal Holloway, London) “‘Speech a melted thing’: The Poetics of Climate Catastrophe”
  • 15h30-16h : Olivier Glain (Université Jean Monnet) : “Language after the Fall in Cloud Atlas”
  • 16h-16h30: Héloïse Thomas (Université Bordeaux Montaigne) : “’Because Survival is Insufficient’: Narratives of Catastrophe in the 21st Century”

16h30 : Clôture/Concluding remarks


11. Congrès de l’AGES (Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur) – « Catastrophes, menaces et risques naturels / Natur und Umwelt: Risiken, Gefahren und Katastrophen » (Clermont-Ferrand, 10-12 juin 2021)

Tandis que la notion de « risque » s’est trouvée au centre des réflexions sur la modernité et ses formes contemporaines (postmodernité, modernité réflexive…) – particulièrement dans les années 1980 à 2000 en Europe en raison des risques technologiques (le nucléaire) et écologiques, mais aussi de l’apparition d’un nouveau paradigme : la « société du risque » (U. Beck) –, celle de « catastrophe » était évacuée ou appliquée seulement à des cas particuliers. Or, depuis le début du xxie siècle, plusieurs événements relayés par les médias du monde entier (le tsunami de 2004 dans l’Océan indien, l’ouragan Katrina en 2005, le cyclone Nargis qui a frappé la Birmanie en 2008, le séisme de 2010 en Haïti, le tsunami de 2011 au Japon) montrent que l’« ère » des catastrophes en série, que les pays occidentaux croyaient révolue, ne l’est pas. Ils obligent à repenser la relation de l’homme à son environnement, plus encore peut-être à ses propres capacités. Parallèlement, la « catastrophe » se constitue en « nouveau paradigme scientifique » à la toute fin du xxe siècle. Si la notion paraît féconde pour penser notre rapport au contemporain, il est toutefois nécessaire de l’interroger, tant elle imprègne aujourd’hui le discours public et médiatique.

La catastrophe n’est pas un risque plus grand : selon la définition du Groupe 2040, elle est l’« événement absolu […], qui menace jusqu’à l’existence de la collectivité, de l’espèce ou de la nature ». Outre par son caractère exceptionnel elle se distingue du risque par un rapport spécifique au temps : elle provoque une rupture, reste en partie imprévisible et immensurable. Elle est perçue et vécue par sa diffusion instantanée dans les médias comme globale, la portée des émotions qu’elle suscite excède le seul événement. Du grec καταστροφή, la catastrophe est ce qui « retourne », dans les trois acceptions du verbe : « la catastrophe revient, […] bouleverse, […] met sens dessus dessous ». Dans le théâtre antique et jusqu’à la Renaissance au moins, elle désigne la dernière partie, le dénouement d’un drame. À l’époque moderne, le terme est appliqué aux événements réels, notamment de l’histoire politique et militaire, et il prend peu à peu un sens négatif. Au plus tard après le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, il renvoie à des événements naturels extrêmes. Dans la seconde moitié du xixe et au xxe siècle, son utilisation s’élargit à de nouveaux domaines, avec des passages entre les discours publics (techniques, politiques, culturels) et scientifiques. Depuis la fin du siècle dernier, elle connaît une inflation et la notion devient synonyme de crise aiguë. Sa signification se transforme pour désigner non plus seulement un événement mais un processus et finalement un état permanent.

L’imprévisibilité et l’ampleur de la catastrophe appellent l’explication : elle est l’objet de récits pluriels (religieux, scientifiques, philosophiques) visant à rendre compte de l’événement et à en identifier les origines possibles, récits auxquels il faut porter attention, tout autant qu’aux faits eux-mêmes. Une fois la sidération passée, les grands désastres, en raison de leur vide de sens initial, agissent comme des « puits de causalité » : « [Les discours] posent des attendus, des causes proches ou lointaines, et puisent dans différents registres du jugement les moyens de l[eur] donner un sens ». La catastrophe est donc indissociable des discours qui la relatent, l’interprètent et qui participent ainsi à sa construction. Ils peuvent avoir une fonction de diagnostic, de prévention, de prédiction. Une autre réaction possible est le silence : les victimes préfèrent, comme stratégie de survie, l’oubli, le refoulement, et cherchent à maintenir la plus grande continuité possible avec la situation d’avant la catastrophe.

Parce qu’elle suscite, par son caractère exceptionnel et massif, un mélange ambivalent de fascination et de répulsion, qu’elle donne lieu à des interprétations multiples, la destruction catastrophique a inspiré de nombreux artistes. Les récits présentent des aspects dystopiques comme utopiques, l’expérience de la catastrophe s’accompagnant de mouvements et d’images opposées. L’exposition de 2018 à la Kunsthalle de Hambourg intitulée Entfesselte Natur. Das Bild der Katastrophe seit 1600 montre la fécondité de la notion pour la création artistique.

Il s’agira de s’interroger sur la perception, les discours et les représentations des risques, menaces et catastrophes dits « naturels » dans les pays germanophones. Quels cataclysmes ont spécialement retenu l’attention (un consensus se dégage dans la recherche autour du caractère « canonique » du tremblement de terre de Lisbonne en 1755 pour les récits de catastrophe) ? Certaines périodes de l’histoire se révèlent-elles particulièrement propices aux discours et représentations des risques, menaces et catastrophes naturels ? Quels enjeux esthétiques, idéologiques, politiques les sous-tendent ? La perspective, à la fois diachronique et comparatiste, aura pour objectif de confronter les représentations et les discours nés à des époques et dans des contextes différents et d’en définir les implications spécifiques. Les études ponctuelles permettront de montrer comment la pensée du risque et de la catastrophe se formule à travers le temps. Mais la confrontation de contextes historiques éloignés visera aussi à faire apparaître des parallèles ou des rapprochements inattendus dans la manière de dire, de représenter et de penser les risques, menaces et catastrophes naturels à diverses époques.

Différentes analyses seront menées, qui concernent :

  • l’étude sémantique, lexicographique et lexicométrique des concepts de risque et de catastrophe, les domaines auxquels ils renvoient, les images (mythologiques, bibliques etc.) qui leur sont associées ;
  • la temporalité, le recensement (traités scientifiques, statistiques…), les significations des catastrophes naturelles (comment elles affectent ceux qui les subissent, sont perçues par eux mais aussi par ceux qui en ressentent la menace), leurs effets (les histoires qu’elles rompent, les certitudes qu’elles ébranlent, les croyances qu’elles renforcent), leur inscription dans la mémoire collective ;
  • l’argumentation et la fonction des discours sur les risques, menaces et catastrophes naturels : quelles stratégies discursives sont déployées, par quels acteurs et à quelles fins ? L’analyse des désastres passés, comme celle des menaces à venir, est un levier argumentatif susceptible d’intervenir sur des terrains politiques, moraux et scientifiques (comme le montre le mouvement récent des Fridays for Future). On prêtera aussi attention à la porosité entre science et non-science.
  • La représentation littéraire et artistique des catastrophes naturelles : comment représenter ce qui par définition est hors normes ? Peut-on identifier des stéréotypes iconographiques ou narratifs ? Quels sont les enjeux esthétiques, les limites éthiques (mise en scène des victimes) ? Quelles fonctions (transmission du savoir ou expression des peurs collectives, mémorielle, de résilience…) ont la littérature et les arts ? On se penchera aussi sur les relations entre les arts visuels et la littérature (intermédialité).

Pour voir le programme et d’obtenir davantage d’information, voir le siite web du Congrès, accessible ici : https://ages2021.sciencesconf.org


10. Appel à communication – Colloque international « Crises, climat et critique dans la littérature et les arts anglophones du 19ème au 21ème siècles »(Université Sorbonne Nouvelle, 18-20 novembre 2021)

Notre époque est placée sous le signe de la crise : crises sanitaire, économique, sociale, épistémique mais aussi (et peut-être surtout) écologique et climatique. À ces deux dernières correspondrait une « crise de l’imagination », identifiée dès 1995 par Lawrence Buell. Crise irrésolue qui, deux décennies plus tard, préoccupe toujours l’écrivain Amitav Gosh (2016) : « the climate crisis is a crisis of culture, thus of the imagination ». Nous n’arriverions pas à nous figurer, à penser, à rendre sensible la catastrophe en cours, dont les échelles biologique, géologique, planétaire nous confondent.

Pourtant, dès le 19ème siècle, la littérature raconte et dénonce la déforestation de la côte est américaine (Susan Fenimore Cooper), elle développe un panthéisme égalitaire qui donne voix aux intérêts des non-humains (John Muir), préfigurant une pensée Gaïa aujourd’hui défendue (notamment) par Bruno Latour. Ce serait donc plutôt la critique, l’étude de la littérature qui, avant la fin du 20ème siècle, n’aurait pas été à même de s’intéresser à l’imaginaire environnemental. Que devient cette critique aujourd’hui, alors que les arts et la littérature (et notamment la « cli-fi » et la fiction spéculative) sont sommés d’anticiper ou de négocier avec le cataclysme, de représenter cet « hyperobjet » (Morton 2013) et de cartographier ce continent de l’impensable (Patrick Lagadec) ? Quelles nouvelles manières de lire cette double crise, écologique et de l’imagination, exige-t-elle ?

De la « crise du concept de littérature » annoncée par Jacques Rivière (1924) à la « crisologie » d’Edgar Morin (1976), la notion de crise traverse tous les horizons de la conscience contemporaine, jusqu’à devenir un « cliché prêt à porter » (Randolph Starn 2005) qui désigne une multitude de « ruptures », séismes idéologiques ou politiques ou apothéoses esthétiques. Le mot, qui à l’origine évoque la décision, l’examen, le jugement, et donc a trait à la critique, semble s’être vidé de l’intérieur, voire retourné contre lui-même en désignant maintenant le dysfonctionnement (récurrent) d’un système quel qu’il soit, menant à une indécision permanente. La notion de crise est par ailleurs marquée du sceau de l’ambivalence : elle est à la fois source de déséquilibre et d’innovation (suivant Hölderlin : « là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve »). La crise climatique signe-t-elle un renouveau du rapport de la littérature au réel, rendu si problématique par les avant-gardes au 20ème siècle ? Assiste-t-on à un rééquilibrage des postures éthiques et militantes d’une part, et esthétiques et formalistes d’autre part ? La crise climatique invite-t-elle la littérature à repenser son rapport aux sciences ?

Si pour McLuhan « il n’y pas de passager sur le vaisseau Terre, que des membres de l’équipage », ces membres ne sont pas tous égaux face aux turbulences qui secouent notre planète, et l’idée même de crise peut devenir le prétexte d’un renforcement autoritaire de ces inégalités. Ce colloque se propose aussi d’explorer cette question au croisement de l’écocritique et de la théorie décoloniale (Ferdinand 2019). Nous interrogerons également la manière dont les perspectives de l’écocritique, des animal et des plant studies se sont ajoutées aux positions minoritaires qui structuraient déjà les études littéraires depuis les années 1980 (études féministes, du genre et queer, African-American studiesdisability studies). Peut-on par ailleurs parler, avec Dipesh Chakrabarty (2019), de la planétarité comme d’un « régime émergent d’historicité » qui demande une réévaluation des histoires nationales (échelle à laquelle nous mesurons toujours la littérature) ? Ce colloque sera finalement l’occasion d’explorer la manière dont les différents genres littéraires font face à la double crise climatique et de l’imagination : la poésie, qui depuis Mallarmé est en perpétuelle « crise de vers », est-elle plus à-même de représenter ou formuler l’impensable ? Quid alors du théâtre qui se pense comme un genre de la crise per se (Artaud, Le Théâtre et la peste : « Le théâtre, comme la peste est une crise qui se dénoue par la mort ou la guérison ») ? À travers ces interrogations, nous tenterons de relever le positionnement des différentes écoles de la critique contemporaine face à la catastrophe climatique.

Les présentations pourront être données en français ou en anglais, et avoir notamment trait aux sujets suivants :

  • Crise climatique et crise de l’imagination
  • Représentations littéraires et artistiques de la crise climatique
  • Littérature et visualisation de données (big data)
  • Nouveaux genres et crise écologique (post-pastoral, cli-fiAnthropocene noir, etc.)
  • Micro-lecture et lecture distante
  • Rapports entre écocritique et études postcoloniales/décoloniales
  • Le global et le planétaire
  • Crise et capitalisme
  • Discours de la futurité et crise climatique
  • Littérature et justice climatique
  • Littérature engagée et militante, ecopoethics
  • Diplomatie non-humaine
  • Géographie et cartographie en littérature
  • Les studies face à la crise climatique

Approches critiques des notions de :

  • crise
  • précarité et résilience
  • anthropocène
  • posthumanisme
  • Gaïa / Pachamama
  • terraformation et géo-ingénierie

Les propositions (250-500 mots), accompagnées d’une courte biographie, doivent être envoyées à :

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 1er avril 2021.

Les propositions seront soumises à une évaluation en double aveugle par le comité scientifique, et les auteurs seront notifiés du résultat de leur candidature avant le 20 avril 2021

Comité d’organisation : Isabelle Alfandary, Sarah Montin & Pierre-Louis Patoine

Ce colloque est une initiative commune de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (EA 4398 PRISMES – Groupe 19-21 Modernités critiques).


9. Appel à communications – colloque « Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie » (Université de Bretagne Occidentale, 19-20 novembre 2020)

« Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie » est un colloque organisé par Estelle Castro-Koshy (Senior Researcher, James Cook University), Géraldine Le Roux, (Maître de Conférences, UBO, James Cook University), Jean-Marc Serme (Maître de Conférences en Études américaines, IdA-Brest et HCTI, UBO). Il se tiendra à Brest les 19 et 20 novembre 2020.

L’appel à communications est disponible en cliquant ici.

Les propositions, en français ou en anglais, ainsi qu’une courte biographie, sont à adresser aux organisateurs avant le 30 avril 2020.


8. Troisième journée d’études Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (inteRRsoc), lundi 9 décembre 2019 – 14h (Maison des Sciences et de l’Homme de Clermont-Ferrand)

La troisième journée d’études Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (inteRRsoc) se déroulera le 9 décembre 2019, à partir de 14h, à la Maison des Sciences et de l’Homme – 4 rue Ledru à Clermont-Ferrand (Amphithéâtre 219).

Elle s’articulera autour de la « Prévention des risques naturels. Harmonisation des façons de voir et/ou de faire entre les différents acteurs : une mission impossible ? »

Différents intervenants prendront part à cet événement et animeront des conférences :

  • Marie-Noëlle GUILBAUD sur le thème :  » Utiliser le géopatrimoine pour créer des sociétés résilientes aux risques naturels: Exemples à Mexico et Clermont-Ferrand. »
  • Sandrine REVET sur :  » Le monde des professionnels des catastrophes « naturelles » : entre préparation et résilience. »
  • Pierre DIAS sur :  » Confiance en la gestion des acteurs publics et comportements des habitants face aux risques d’inondation. « 

Retrouvez toutes les informations sur le site de CAP 20-25 en cliquant ici.


7. « Les administrations des Bourbons face aux désastres naturels en Europe et en Amérique (1700-1830) » (Université d’Alicante, 14-15 octobre 2019)

Dans le cadre du programme international APURIS et de l’I-site Cap 2025, la MSH de Clermont-Fd, co-organise avec l’Université d’Alicante, l’Université de Naples/ERC Starting Grant, et la Casa de Velázquez, un colloque sur le thème « Les administrations des Bourbons face aux désastres naturels en Europe et en Amérique (1700-1830) ». Ce colloque a lieu les 14 et 15 octobre, à Alicante.

 


6. Baths et Spa Waters in the Literature and Culture of Early Modern England (Université Clermont Auvergne, Vichy, 9-11 octobre 2019)

Sophie Chiari et Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne) proposent de poursuivre l’analyse de l’eau, non plus comme vecteur de catastrophe naturelle, mais sous l’angle du thermalisme dans l’Angleterre de la première modernité lors d’un colloque international qui se tiendra à Vichy les 10 et 11 octobre 2019. Il sera procédé d’une série de conférences le 9 octobre, « Regards sur le thermalisme européen du Moyen Âge au XIXe siècle ».

 


5. « Explorations and Geographies of the Self: Microcosmic and Macrocosmic Shakespeare » (ESRA, Rome, 2019)

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne) et Janet Clare (Université de Hull, UK) proposeront un atelier sur le thème de la cosmographie chez Shakespeare lors du congrès de la European Shakespeare Research Association à Rome en 2019. Le texte de cadrage est disponible ici.


4. « Shakespearian Skies: Weather and Climate » (SAA, Washington DC, 2019)

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne) et Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon) seront présentes au prochain congrès de la Shakespeare Association of America (SAA) à Washington DC en avril 2019, où elles présideront un atelier sur la question du ciel dans le théâtre shakesparien.


3. Colloque « Le Théâtre face à l’avenir climatique » (CDN Nanterre-Amandiers, Université Paris 8, vendredi 14 décembre 2018)

Eliane Beaufils (Université Paris 8) organise un colloque sur le théâtre face à l’avenir climatique. Il se tiendra au théâtre Nanterre-Amandiers le vendredi 14 décembre 2018 de 9 heures à 18 heures.

Le programme complet se trouve ici.

 


2. Journée d’étude « La Catastrophe » (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, vendredi 14 décembre 2018)

Dans le cadre de l’UFR LLCSE de la Sorbonne Nouvelle se tiendra une journée d’étude transversale sur le thème de « La Catastrophe » organisée par Patrick Dieuaide et Claire Tardieu.

Date : vendredi 14 décembre 2018 de 10h à 17h.

Lieu : Grand Amphi de l’Institut du Monde Anglophone, 5 rue de l’école de Médecine, 75006 Paris.


1. « Arts/Stars : les astres dans la poésie et les arts de l’Antiquité au Romantisme » (Université Grenoble-Alpes, 30 novembre 2018)

Une journée d’étude intitulée « Arts/Stars : les astres dans la poésie et les arts de l’Antiquité au Romantisme », organisée par Florian Barrière et Caroline Bertonèche, se tiendra à l’ Université Grenoble-Alpes le vendredi 30 novembre.