Le rôle des intempéries dans l’oeuvre de William Godwin

Pierre Lurbe (Sorbonne Université)

L’œuvre de William Godwin (1756-1836) comporte deux volets indissociables : l’un, proprement politique, que représente au premier chef An Enquiry Concerning Political Justice (en abrégé ECPJ), publié d’abord en 1793, puis réédité deux fois après diverses révisions (1794, 1798) ; l’autre, romanesque, dont l’exemple le plus connu est Things as They Are, or, The Adventures of Caleb Williams, publié d’abord en 1794, puis révisé à pas moins de trois reprises avant sa dernière publication, en 1831, dans la série des Standard Novels. Son dernier roman du siècle, St. Leon : a Tale of the Sixteenth Century (1799), fit également l’objet de deux autres éditions avant d’être à son tour publié, dans sa version finale, dans la même collection que Caleb Williams, et également en 1831. Lire la suite

Implorer les éléments ou éloigner les catastrophes naturelles : Prières pour la clémence divine dans The Monument of Matrones de Thomas Bentley

Julie Van Parys-Rotondi (Université Clermont Auvergne)

En publiant en 1582 The Monument of Matrones, le Protestant Thomas Bentley (c.1543-1585) offrit le premier ouvrage dévotionnel entièrement destiné à un lectorat féminin. Dans cette œuvre monumentale de plus de 1000 pages organisées en sept livres, ou « Lamps of Virginities », titre inspiré de la parabole des dix vierges et des lampes à huile que les vierges sages remplirent en vue de leur noces [1],  il mentionna aussi bien un certain nombre de figures féminines de la Bible que certaines de ses contemporaines qu’il érigea comme modèles de piété. C’est ainsi que certains passages sont dédiés aux héroïnes bibliques dont Myriam la prophétesse, Naomi et Abigaïl[2]. À la suite, il reproduisit des passages de l’un des manuels de dévotion de la reine Katherine Parr (c.1512-1548) ou la prière que la martyre protestante Anne Askew (1521-1546) aurait prononcée avant son exécution pour hérésie[3]. Il organisa son travail en une série de prières et de méditations destinées à la fois à la dévotion intime et aux moments de prière partagée lors des offices ou des étapes de la vie chrétienne. Lire la suite

« Des hommes dans la tempête : True Reportory de William Strachey (1625) »

Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

La notoriété de True Reportory[1] de William Strachey (1572-1621) est en grande partie due à son influence supposée auprès de Shakespeare pour l’écriture de La Tempête. Au-delà du débat déjà bien documenté[2] sur le lien entre les deux œuvres, ce texte de Strachey, comme l’ensemble de ses écrits, nous renseigne sur les débuts de la colonisation de l’Amérique du Nord par les Anglais. Écrit en 1610, True Reportory est publié quelque quinze ans plus tard, en 1625, dans une anthologie de Samuel Purchas rassemblant différents récits de voyage[3]. Témoignage direct, le récit de Strachey, adressé à une femme non identifiée, relate le naufrage en 1609 du Sea Venture, vaisseau amiral d’une flotte de ravitaillement composée de sept navires et deux pinasses voguant vers Jamestown. Il échoua dans les îles alors inhabitées des Bermudes, où les passagers trouvèrent refuge près d’une année et construisirent deux navires afin d’atteindre leur destination finale. Lire la suite

Pour une lecture écocritique de Summer’s Last Will and Testament de Thomas Nashe

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne)

 Alors que les jours de l’Été, malade, sont comptés, ce dernier se cherche un successeur et déclenche sans le vouloir une guerre des saisons. Voilà en quelques mots l’intrigue principale de Summer’s Last Will and Testament (1600), qui fait partie de ce que Steve Mentz appelle les « weather plays » de la période Tudor. Cette pièce met en effet en scène le Printemps, l’Été, l’Automne et l’Hiver personnifiés et elle reflète à sa manière les bouleversements climatiques qui ont frappé l’Angleterre à la fin du XVIe siècle. Précisons d’emblée qu’elle ne se réduit pas pour autant à un simple commentaire poétique et dramatique sur le cycle des saisons puisque « Lord Summer » n’est autre que le double à peine voilé de l’archevêque John Whitgift. Ce dernier assista probablement à sa représentation, la pièce ayant été jouée au sein même de son palais de Croydon (peut-être avec Shakespeare dans le rôle titre si l’on en croit les stimulantes hypothèses émises par Katherine Duncan-Jones dans un article intitulé « Shakespeare, the Motley Player »). Lire la suite

Mises en scène de tempêtes providentielles en mer dans le théâtre anglais de la Renaissance

Ladan Niayesh (Université Paris Diderot – Paris 7)

La tempête providentielle en mer est un des mythes fondateurs de l’identité nationale et proto-impériale anglaise à la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème siècle. Ses déclinaisons multiples sont relayées par une littérature et une iconographie abondantes, depuis la dispersion en mer de l’Invincible Armada espagnole (1588) jusqu’aux récits de sauvetages miraculeux de naufragés anglais au Nouveau Monde, à l’instar des « Bermuda pamphlets » qui ont notamment inspiré The Tempest de Shakespeare. Dans l’imaginaire des contemporains du Barde, de tels événements reproduisent ou suivent le schéma biblique du Déluge, avec son schéma archétypal de survivants qui triomphent d’éléments déchaînés comme prélude à l’établissement d’un ordre nouveau et à une redéfinition de leur statut humain, social et politique en son sein. Lire la suite

« Hear you not the rushing sound of the coming tempest? » (The Last Man, p. 315) : Mary Shelley et la tempête

Anne Rouhette (Université Clermont Auvergne)

Est-ce parce qu’en 1816, Mary Shelley a vécu les impressionnantes tempêtes de l’  « année sans été », phénomène climatique dû à l’éruption volcanique la plus puissante jamais enregistrée, celle du mont Tambora en Indonésie (avril 1815) ? Son œuvre fourmille de descriptions d’orages violents, réels, comme ceux qu’elle observe depuis les rives du lac Léman dans Histoire d’un voyage de six semaines (1817), ou fictionnels, comme ceux pendant lesquels Victor Frankenstein aperçoit sa créature (Frankenstein, 1818), et ceux qui accompagnent l’avancée de la peste qui anéantit la race humaine dans The Last Man (1824). Bien sûr, ces orages sont aussi métaphoriques et caractérisent les tourments de l’âme, celle de Victor ou celle du Monstre en particulier, selon le topos romantique bien connu, mais je souhaiterais m’intéresser en premier lieu aux manifestations physiques de la tempête et au rôle que celle-ci peut jouer dans l’économie des trois œuvres citées supra, particulièrement dans les deux romans. Lire la suite

La maîtrise de la nature et la fabrique de la catastrophe naturelle en littérature et en science : Drebbel, Bacon, Shakespeare…

Mickaël Popelard (Université de Caen Normandie)

            En 1620, au plus fort de la canicule estivale, Cornelis Drebbel entreprit de prouver à Jacques Ier qu’il était capable de transformer l’été en hiver, inversant ainsi le cours des saisons et se rendant, selon le mot célèbre de Descartes, comme « maître et possesseur de la nature » (Descartes, Discours de la Méthode, 74). Pour ce faire, il installa l’équivalent d’un système de réfrigération à l’intérieur de l’abbaye de Westminster. Le succès fut tel que le roi, saisi de frissons, dut quitter l’abbaye plus rapidement que prévu. Ainsi, pour détourner l’ouverture de Richard III, le savant venait de muer l’« été glorieux » du premier des Stuarts en un « hiver de déplaisir ». Lire la suite