« Unseasonable » – la découverte du grand Nord : perspectives climatiques, économiques et esthétiques dans les récits d’exploration de la Nouvelle Angleterre aux terres Arctiques (1530-1630)

Les raisons qui expliquent les échecs répétés des explorateurs et voyageurs anglais dans leurs tentatives de colonisation en Amérique du nord et dans leur quête d’une voie qui leur donnerait accès aux richesses de Cathay, le mythique détroit d’Anian, sont nombreuses mais il est un ennemi que marins et géographes tardent à identifier : le climat. Dans A True Discourse, le récit des trois expéditions de Martin Frobisher en quête du passage du Nord-Ouest entre 1576 and 1578 au nord de Terre-Neuve, le climat est qualifié de “hors-saison”(“unseasonable”). George Best, premier lieutenant de Frobisher et auteur de la relation, note qu’il est tombé plus de 15 cm de neige un 26 juillet, dans une atmosphère froide et piquante. Le froid et la glace qui sont présents chaque été ne laissent d’étonner les Anglais, mais c’est plus encore la succession de phénomènes climatiques extrêmes et contradictoires qui confondent les voyageurs :

“notwthstanding this cold ayre, the sunne many times hathe a marvellous force of heate amongst those mountains, insomuche, that when ther is no breth of wind to bring ye cold ayre from the dispersed ise upon us, we shall be weary of the blominge heate, and then sodainly with a perry of wind whiche commeth down from ye hollowness of ye hilles, we shal have such a breth of heate brought upon our face, as though we were entred some bastow or hotehouse” (G. Best, A True Discourse, p. 250-51).

Le climat du grand Nord n’est pas seulement l’envers de la “zona torrida” de l’équateur : c’est un temps “hors de saison” qui échappe à toute logique. Les températures négatives en été (puisque les premières explorations ont lieu entre avril et septembre) ne semblent pas avoir d’incidence sur la fertilité des terres : en dépit de quelques terrains arides, les voyageurs notent des jardins fleuris de roses, de baies, de fraises et de framboises sauvages (Hayes, Gilbert, 1583 ; Florio, Cartier, 1580). Le gibier à plumes et à poils reste abondant toute l’année durant : les hommes s’émerveillent devant certaines îles couvertes de pingouins (“the Ilande of Byrdes” dans la narration de Jacques Cartier) et la pêche à la morue prend des allures de pêche miraculeuse (“the greatest fishing of Coddes that is possible : for staying for our companie, in less than an houre, we tooke above an hundred of them”, Florio, Cartier, p. 9).  L’impossibilité d’imaginer les rigueurs de l’hiver, de la Virginie aux terres arctiques, relève de l’épistémologie scientifique et des errements des théories climatiques qui se fondent sur la latitude pour comprendre les variations météorologiques et en vertu desquelles Terre-Neuve, située entre le 48eme et le 50eme parallèle nord, devrait présenter un climat similaire à celui de Penzance en Cornouailles ou Orléans.  L’incompréhension face au climat est tout autant un biais cognitif, qui se nourrit du désir politique et idéologique d’émuler les nations qui ont formé leur empire en Amérique du Sud, et des pratiques empiriques des observateurs : ainsi l’habillement des Iroquois rencontrés au Canada, qui vont torse nu et pieds nus sur la neige et la glace, est interprété comme le signe de la nature sauvage des peuples natifs de ces contrées mais semble aussi indiquer qu’une acclimatation est possible.[1]

S’intéresser aux représentations de ce climat de l’extrême dans les récits des explorateurs français et anglais, dans leurs textes d’origine et dans leurs traductions (en italien, en anglais, en en français) permettra d’étudier les questions suivantes :

  • circulation des savoirs, pensée scientifique et discours empirique à la Renaissance > comment les récits de voyages contribuent-ils à l’avancée des théories scientifiques sur le climat ?
  • expansion territoriale, colonisation, empire > dans quelle mesure le froid et la glace sont-ils responsables des échecs répétés des Anglais avant la fondation de Jamestown (1607) ? Le climat continental de l’Amérique du Nord, de la Virginie à Terre-Neuve et jusqu’en Arctique, impose-t-il un modèle colonial particulier ?
  • les visées politique et économique de ces récits d’exploration du nord du continent américain permettent-elles l’expression d’une poétique ? Comment s’expriment l’accoutumance et la résistance au froid ? La glace est un obstacle naturel physique qui interrompt l’avancée des planteurs européens, c’est une épreuve physiologique et intellectuelle pour des hommes qui ne savent s’adapter à ce nouvel environnement, mais bientôt le froid devient un élément providentiel qui permet d’ancrer la colonisation britannique dans un discours héroïque et une esthétique sacrificielle.

Enfin, cette expérience météorologique de l’extrême, la découverte de ce temps “hors-saison », se lit aussi comme la chronique d’une catastrophe annoncée à une échelle géologique : les descriptions idylliques des ressources infinies que font Cartier aux environs de Terre-Neuve, ou Hudson dans la baie qui porte son nom, sont les premiers témoignages oculaires, et les derniers. Dans ces récits de voyages, l’émerveillement des hommes devant une nature féconde et prodigieuse est l’illustration indirecte de l’épuisement des ressources naturelles en Europe. L’exploitation économique qui se met en place tout au long du XVIe siècle (pêche et colonisation) marque un tournant écologique. En dépit de ce climat “hors-saison” caractérisé par des phénomènes extrêmes, le grand Nord et l’Atlantique nord vont devenir le moteur d’un développement “insoutenable” (“unseasonable” au sens d’inopportun et de néfaste)[2] qui signale l’avènement de l’Anthropocène.  

Sophie Lemercier-Goddard (École Normale Supérieure de Lyon)

Bibliographie

Sources primaires

  • Best, George.  A True Discourse of the late voyages of Discoverie for finding of a passage to Cathaya, R. Collinson ed., London, Hakluyt Society, 1867, rev. ed. 1963. 
  • Florio, John. A shorte and briefe narration of the two Navigations and Discoveries to the Northwest partes called Newe France: First translated out of French into Italian, by that famous learned man Gio: Bapt: Ramutius, and now turned into English by Iohn Florio: Worthy the reading of all Venturers, Trauellers, and Discouerers. London, H. Bynneman, 1580.
  • Hayes, Edward, “A report of the voyage and successe thereof, attempted in the yeere of our    Lord, 1583. by Sir Humfrey Gilbert knight”, Principall navigations, London, 1589, pp. 679–97.
  • Quinn, David Beers, and Alison M. Quinn. The English New England Voyages, 1602-1608. Works Issued by the Hakluyt Society Second Series No. 161. London: Hakluyt Society, 1983.
  • Smith, John. A Description of New England, London, pr. By H. Lownes for R. Clerke, 1616.

Sources secondaires

  • Bolster, W. Jeffrey. The Mortal Sea: Fishing the Atlantic in the Age of Sail. Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard University Press, 2012.
  • Brandt, Anthony, and National Geographic Society. The Tragic History of the Sea: Shipwrecks from the Bible to Titanic. Washington, D.C.: National Geographic Society, 2006.
  • Janku, Andrea, Gerrit J. Schenk, and Franz Mauelshagen. Historical Disasters in Context: Science, Religion, and Politics. Routledge Studies in Cultural History ; 15. New York: Routledge, 2012.
  • Kupperman, Karen Ordahl. “The Puzzle of the American Climate in the Early Colonial Period,” The American Historical Review, Volume 87, Issue 5, 1 December 1982, pp. 1262–1289, https://doi.org/10.1086/ahr/87.5.1262
  • Kurlansky, Mark. Cod: a biography of the fish that changed the world. London, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Vintage, 1999.
  • Lewis, Simon L., and Mark A. Maslin. “Defining the Anthropocene.” Nature 519, no. 7542 (2015):171. https://doi.org/10.1038/nature14258.

[1] “…the men as women as children are very much more able to resist colde, than savage beasts, for we with our own eyes have seene some of them, when it was coldest, (which was extremely  raw and bitter) come to our ships stark naked going upon Snowe and Ice, which seemeth incredible to them that have not seene it”. (Florio, Cartier, 1580, p. 60) Je reviendrai sur cet exemple lors des tables rondes.

[2] OED, 1.a.

Le rôle des intempéries dans l’oeuvre de William Godwin

L’œuvre de William Godwin (1756-1836) comporte deux volets indissociables : l’un, proprement politique, que représente au premier chef An Enquiry Concerning Political Justice (en abrégé ECPJ), publié d’abord en 1793, puis réédité deux fois après diverses révisions (1794, 1798) ; l’autre, romanesque, dont l’exemple le plus connu est Things as They Are, or, The Adventures of Caleb Williams, publié d’abord en 1794, puis révisé à pas moins de trois reprises avant sa dernière publication, en 1831, dans la série des Standard Novels. Son dernier roman du siècle, St. Leon : a Tale of the Sixteenth Century (1799), fit également l’objet de deux autres éditions avant d’être à son tour publié, dans sa version finale, dans la même collection que Caleb Williams, et également en 1831.

Si l’on peut décrire ces deux volets de l’œuvre de Godwin comme indissociables, c’est d’abord parce que leur auteur l’a voulu ainsi. La préface de Caleb Williams fait explicitement état du projet de l’auteur, qui est de poursuivre par les moyens de la fiction romanesque le travail entrepris dans le traité de philosophie politique publié l’année précédente, dans l’espoir que le récit donnerait à voir ce que le traité donnait à entendre intellectuellement.

Ce n’est pas ici le lieu de commenter la pertinence, ou la réussite de ce projet godwinien, dans lequel la fiction est présentée comme le « véhicule » (le terme figure dans la préface) destiné à rendre assimilable les leçons de philosophie politique dispensées par ailleurs.

Plus modestement, il s’agira de mettre en relief un point nodal de friction et de dissonance entre les deux genres, qui se manifeste précisément quand il s’agit de catastrophes climatiques ou de tremblements de terre.

Le point de départ de la réflexion nous est fourni par le deuxième chapitre du livre IV de ECPJ. Intitulé « Of Revolutions », sujet dont le moins qu’on puisse dire est qu’il était à l’ordre du jour dans les années 1790, ce chapitre fit l’objet d’un des remaniements les plus significatifs entre l’édition initiale de 1793 et celle de 1798. Dans cette dernière édition, qui est aussi l’édition finale, Godwin introduit en effet une comparaison entre la violence révolutionnaire, d’origine purement humaine, et la violence d’un tremblement de terre, qui ne relève d’aucune intentionnalité et s’explique par les seules lois de la nature. Si la première forme de violence engendre inévitablement des passions funestes, comme le désir de vengeance, qui corrodent et détruisent la société humaine, la seconde, par contraste, est parfaitement triviale : on est ici dans le climat épicurien du Suave mari magno… de Lucrèce.

Mais dans la fiction, il en va tout autrement. Si Caleb Williams contient plusieurs passages dans lesquels les intempéries, plus ou moins extrêmes (tempêtes et averses de grêle), jouent un rôle non négligeable, c’est dans St Leon qu’est longuement décrit, au chapitre VIII, un orage d’une telle violence qu’il en prend l’allure d’un cataclysme cosmique, balayant tout sur son passage et tuant bêtes et gens. Présent dans l’édition initiale de 1799, ce chapitre se retrouve à l’identique, à quelques mots près, dans l’édition finale de 1831. Mais face au désastre, le narrateur ne fait pas preuve de la même équanimité que le philosophe détaché de ECPJ.

C’est ce régime de fonctionnement radicalement différent face à des événements climatiques ou telluriques extrêmes qu’il s’agit d’interroger.

Pierre Lurbe (Sorbonne Université)

Extraits  [télécharger les extraits]

Bibliographie

Sources primaires

  • GODWIN, William. Caleb Williams ; ed. Patricia Clemit. Oxford : Oxford World’s Classics, 2009 [texte de l’édition de 1794]
  • GODWIN, William. An Enquiry Concerning Political Justice ; ed. Mark Philp. Oxford : Oxford World’s Classics, 2009 [texte de l’édition de 1793]

Site Internet

  • L’édition de 1798 de An Enquiry Concerning Political Justice : [cliquez ici]

Implorer les éléments ou éloigner les catastrophes naturelles : Prières pour la clémence divine dans The Monument of Matrones de Thomas Bentley

En publiant en 1582 The Monument of Matrones, le Protestant Thomas Bentley (c.1543-1585) offrit le premier ouvrage dévotionnel entièrement destiné à un lectorat féminin. Dans cette œuvre monumentale de plus de 1000 pages organisées en sept livres, ou « Lamps of Virginities », titre inspiré de la parabole des dix vierges et des lampes à huile que les vierges sages remplirent en vue de leur noces [1],  il mentionna aussi bien un certain nombre de figures féminines de la Bible que certaines de ses contemporaines qu’il érigea comme modèles de piété. C’est ainsi que certains passages sont dédiés aux héroïnes bibliques dont Myriam la prophétesse, Naomi et Abigaïl[2]. À la suite, il reproduisit des passages de l’un des manuels de dévotion de la reine Katherine Parr (c.1512-1548) ou la prière que la martyre protestante Anne Askew (1521-1546) aurait prononcée avant son exécution pour hérésie[3]. Il organisa son travail en une série de prières et de méditations destinées à la fois à la dévotion intime et aux moments de prière partagée lors des offices ou des étapes de la vie chrétienne.

Contre toute attente, Bentley inclut parmi ces prières une courte série d’oraisons enchâssée entre la Litanie et les prières vouées à accompagner la lecture des Évangiles dont la teneur est tout à fait inattendue. En effet, ces oraisons sont destinées à implorer la clémence divine dans le contexte d’événements météorologiques ordinaires tels que le mauvais temps (« For faire weather »), mais aussi extraordinaires comme les catastrophes naturelles dont les épisodes de sécheresse (« In time of drought for raine ») ou les pluies torrentielles et les tempêtes (« In time of thunder, lightening, raging tempests, and vnseasonable weather, praie thus […] »). Sans justifier son choix, il évoqua également certains épisodes spectaculaires, qu’il traita au même titre que la peste, tels que les tremblements de terre, les pluies de météorites ou les comètes traçant leur route à travers l’atmosphère (« A fruitfull Praier, verie necessarie to be hartilie said at the appearing of monsters, and in anie earthquake, or other plagues, that God would turne awaie his vengeance hanging ouer vs for our sinnes. »).

À un premier niveau, nous nous pencherons sur la place d’une telle insertion dans l’économie de cet ouvrage dont le but premier diffère grandement des perspectives climatiques et verrons dans quelle mesure ces prières s’inscrivent dans la portée didactique souhaitée par Thomas Bentley. Puis, nous nous interrogerons sur les raisons possibles qui encouragèrent Bentley à cet ajout lesquelles, outre l’utilisation des motifs récurrents liés à l’Apocalypse de Jean dans la littérature religieuse de la période, pourraient nous permettre d’établir des liens entre certains événements de l’histoire climatique de l’Angleterre et ces prières. En effet, certains événements furent susceptibles d’inciter l’auteur à se prémunir contre la violence de tels épisodes météorologiques comme la grande sécheresse de 1540-1541 et les deux tremblements de terre qui survinrent dans le pas de Calais en 1580 et dont la proximité temporelle avec la publication de l’ouvrage pourrait constituer une piste de réflexion[4].

Julie Van Parys-Rotondi (Université Clermont Auvergne)

 

Annexe : extraits de The Monument of Matrones [lécharger l’annexe]

Bibliographie

Source primaire

  • The monument of matrones conteining seuen seuerall lamps of virginitie, or distinct treatises; whereof the first fiue concerne praier and meditation: the other two last, precepts and examples, as the woorthie works partlie of men, partlie of women; compiled for the necessarie vse of both sexes out of the sacred Scriptures, and other approoued authors, by Thomas Bentley of Graies Inne student. Lamentacion of a sinner. Lamentacion of a sinner. Prayers or meditacions. Prayers or meditacions.  [London] : Printed by H. Denham, 1582.

Sources secondaires

  • Atkinson, Colin B., Atkinson, Jo B., « The Identity and Life of Thomas Bentley, Compiler of The Monument of Matrones (1582) » in The Sixteenth Century Journal, Vol. 31, No. 2, Summer, 2000, p. 323-348.
  • Beilin Elaine V., Redeeming Eve: Women Writers of the English Renaissance, Princeton: Princeton University Press, 1987.
  • Boehrer, Bruce, « Nature and the Non-Human» in John Lee, A Handbook of English Renaissance Literary Studies, Hoboken, N.J. : John Wiley & Sons Ltd, 2017, p. 159-172.
  • King, John N. « Thomas Bentley’s Monument of Matrons: The Earliest Anthology of English Women’s Texts » in Strong Voices, Weak History: Early Women Writers and Canons in England, France, and Italy. University of Michigan Press, 2005. p. 216-237.
  • King, John N., « The Godly Woman in Elizabethan Iconography » in Renaissance Quarterly, Vol. 38, No. 1, Spring, 1985, pp. 41-84.

 


[1] Voir Matt 25 : 1-13

[2] «The song of thankesgiuing of Moses, which Myriam the Prophetesse and sister of Aaron, together with all the women, sang vpon Timbrels to the praise of God, for the people of Israëls deliuerance out of the hands of Pharao, &c. » / «The praier or blessing of Naomy for hir two daughters in lawe, Ruth and Orpah. » / «The praier or wish of Abigaël for king Dauid, against his enimies. »

[3] «Also here followe godlie Praiers and Meditations, wherein the mind is stirred, patientlie to suffer all afflictions heere; to set at naught the vaine prosperitie of the world: and alwaie to long for euerlasting felicitie: collected out of holie works, by the most vertuous and gratious Princesse KATHERINE, Queene of England, France, and Ireland » et «The praier of Anne Askue the Martyr, before hir death ».

[4] Le site internet du European Archives of Historical Earthquake Date (AHEAD) propose une visualisation précise du lieu de l’épicentre du séisme de 1580 : cliquez ici

« Des hommes dans la tempête : A True Reportory de William Strachey (1625) »

La notoriété de A True Reportory[1] de William Strachey (1572-1621) est en grande partie due à son influence supposée auprès de Shakespeare pour l’écriture de La Tempête. Au-delà du débat déjà bien documenté[2] sur le lien entre les deux œuvres, ce texte de Strachey, comme l’ensemble de ses écrits, nous renseigne sur les débuts de la colonisation de l’Amérique du Nord par les Anglais. Écrit en 1610, True Reportory est publié quelque quinze ans plus tard, en 1625, dans une anthologie de Samuel Purchas rassemblant différents récits de voyage[3]. Témoignage direct, le récit de Strachey, adressé à une femme non identifiée, relate le naufrage en 1609 du Sea Venture, vaisseau amiral d’une flotte de ravitaillement composée de sept navires et deux pinasses voguant vers Jamestown. Il échoua dans les îles alors inhabitées des Bermudes, où les passagers trouvèrent refuge près d’une année et construisirent deux navires afin d’atteindre leur destination finale.

Le Sea Venture fut pris dans une terrible tempête. Cet épisode constitue le point de départ du récit de Strachey et place le lecteur, sur un plan narratif, in medias res. La traversée en mer depuis Plymouth, paisible, est réduite à quelques remarques factuelles, comme l’est également la seconde partie de la traversée (des Bermudes jusqu’en Virginie), résumée en quelques lignes tant elle semble quiète, et donc peu propice à une palpitante narration.

Le texte de Strachey est découpé en quatre chapitres distincts qui regroupent la tempête, la vie insulaire dans les Bermudes, des informations sur la vie de la colonie, le retour en Angleterre et un commentaire sur la vie en Virginie. La description de la tempête, minutieuse et circonstanciée, occupe environ 1/8ème du texte et s’affirme comme véritable élément dramatique – à comprendre selon le double sens du terme : il convient de prendre en compte la gravité de l’événement autant que son potentiel de représentation. Différentes strates composent ce récit : aux considérations « pragmatiques » (les observations matérielles, techniques et scientifiques, comme la mention d’un feu de Saint-Elme[4]) s’ajoute une réflexion sur l’état psychologique des passagers ; enfin, une dimension religieuse transcende l’ensemble du récit, avec l’Exode et le passage de la mer Rouge comme toile de fond. Les différents niveaux de lecture s’entremêlent : par exemple, lorsque Strachey aborde l’absence d’étanchéité du bateau, il double ses explications rationnelles d’une justification quasi divine : « It pleased God to bring a greater affliction yet upon us; for in the beginning of the storm we had received likewise a mighty leak. » Dès lors, la tempête contraint les hommes à une lutte physique et psychologique : il faut résister aux assauts des éléments déchaînés contre le bateau (l’eau, bien sûr, ainsi que le vent et la foudre), en même temps qu’il faut affronter moralement l’épreuve : « the manner of the sickness it lays upon the body, being so unsufferable, gives not the mind any free and quiet time to use her judgment and empire ». Pour l’auteur, les hommes et le bateau pris dans la tempête forment une entité unique et indivisible devant lutter pour sa survie. L’eau constitue une double menace, à l’extérieur comme à l’intérieur du navire. Dehors, les vagues, qualifiées de rivières dans les airs (« the waters like whole rivers did flood in the air »), semblent assiéger le vaisseau. Ceinturant le navire, elles décuplent le danger lorsqu’elles permettent à l’eau de s’y infiltrer. Strachey insiste sur le combat qui s’instaure entre une catastrophe naturelle d’une rare violence (il use d’ailleurs d’un lexique assez fort pour la qualifier : fury, restless tumult…) et les hommes sur le navire.

Véritable épisode épique, cette tempête est au cœur de l’analyse que nous souhaitons mener dans cette étude. Il s’agit d’aborder la description des éléments climatiques dans True Reportory et d’établir la relation qu’ils entretiennent avec les hommes à bord du Sea Venture. Nous essaierons de voir comment ceux-ci doivent composer avec la catastrophe, réagir et s’adapter, de même que nous considérerons les conséquences de cet événement, au-delà des aspects environnementaux. En effet, la troisième et dernière partie du texte délaisse complètement les considérations climatiques en Virginie et s’intéresse quasi-exclusivement à la question sociale et humaine (organisation de la colonie, conditions sanitaires et alimentaires…). Si ce chapitre du récit contraste fortement avec la description de la tempête initiale et du naufrage subséquent, une forme de symétrie ou de parallélisme se dessine au sein du texte : la catastrophe naturelle laisse place à une forme de catastrophe humaine, tout aussi désastreuse (Strachey se montre d’ailleurs très critique de la gestion de la colonie et de sa précarité). Ironie du sort, comme si le climat reflétait la situation humaine et préfigurait les difficiles conditions de vie dans la colonie, Strachey et les rescapés furent accueillis à Point Comfort par… une tempête (« a mighty storm of thunder, lightning and rain gave us a shrewd and fearful welcome. »).

Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

Bibliographie

Sources primaires [télécharger le texte]

    • William STRACHEY, “A True Reportory of the Wracke, and Redemption of Sir Thomas Gates Knight; vpon, and from the Ilands of the Bermudas: his comming to Virginia, and the estate of that Colonie then, and after, vnder the gouernment of the Lord La Warrre, Iuly 15. 1610”, in Samuel PURCHAS, Hakluytus posthumus; or, Purchas his pilgrimes, vol. 4, pp. 1734-1758, Londres : William Stansby, 1625.
    • William STRACHEY, “The True Reportory of the Wracke and Redemption of Sir Thomas Gates”, in Louis B. WRIGHT, ed., A Voyage to Virginia in 1609, Two narratives, Charlottesville : The University of Virginia Press, 2013 [1964], pp. 1-101.

Sources secondaires

    • S.G. CULLIFORD, William Strachey, 1572-1621, Charlottesville : The University of Virginia Press, 1965.
    • S.A LINK, “Earliest American Literature—Captain John Smith”, in The American Historical Magazine, Vol. 1, No. 1 (1896), pp. 64-70.
    • Thomas J. OERTLING, “A Suction Pump from an Early-16th-Century Shipwreck”, in Technology and Culture, Vol. 30, No. 3 (1989), pp. 584-595.
    • Tom REEDY, “Dating William Strachey’s ‘A True Reportory of the Wracke and Redemption of Sir Thomas Gates’”: A Comparative Textual Study”, in The Review of English Studies, New Series, Vol. 61, No. 251 (2010), pp. 529-552.
    • Roger STRITMATTER, Lynne KOSITSKY, “Shakespeare and the Voyagers Revisited”, in Review of English Studies, Oxford University Press, Vol. 58, No. 236 (2007), pp. 447–72.
    • Alden T. VAUGHAN, “William Strachey’s ‘True Reportory’ and Shakespeare: A Closer Look at the Evidence”, in Shakespeare Quarterly, Vol. 59, No. 3 (2008), pp. 245-273.
    • P.M. WRIGHT, The Sea Venture Story, Les Bermudes : Bermuda Press, 1960.

Sites Internet


[1] Le titre complet du texte est A true reportory of the wracke, and redemption of Sir Thomas Gates Knight; vpon, and from the Ilands of the Bermudas: his coming to Virginia, and the estate of that Colonie then, and after, vnder the gouernment of the Lord La Warre, Iuly 15. 1610.

[2] À ce sujet, voir Roger STRITMATTER, Lynne KOSITSKY, “Shakespeare and the Voyagers Revisited”, in Review of English Studies, Oxford University Press, Vol. 58, No. 236 (2007), pp. 447–72 ; Alden T. VAUGHAN, “William Strachey’s « True Reportory » and Shakespeare: A Closer Look at the Evidence” in Shakespeare Quarterly, Vol. 59, No. 3 (2008), pp. 245-273.

[3] Samuel PURCHAS, Hakluytus posthumus; or, Purchas his pilgrimes, vol. 4, pp. 1734-1758, Londres : William Stansby, 1625.

[4] Les feux de Saint Elme se définissent comme des « manifestations électriques dues à un violent conflit de masses d’air de températures radicalement différentes : ils correspondent à une espèce d’halo scintillant que nous pouvons observer le long des mâts des bateaux, des ailes d’avion ou encore des clochers lorsqu’il y a de l’orage. » Source : http://www.meteolafleche.com/saintelme.html (site consulté le 20 juillet 2018)

Pour une lecture écocritique de Summer’s Last Will and Testament de Thomas Nashe

Alors que les jours de l’Été, malade, sont comptés, ce dernier se cherche un successeur et déclenche sans le vouloir une guerre des saisons. Voilà en quelques mots l’intrigue principale de Summer’s Last Will and Testament (1600), qui fait partie de ce que Steve Mentz appelle les « weather plays » de la période Tudor. Cette pièce met en effet en scène le Printemps, l’Été, l’Automne et l’Hiver personnifiés et elle reflète à sa manière les bouleversements climatiques qui ont frappé l’Angleterre à la fin du XVIe siècle. Précisons d’emblée qu’elle ne se réduit pas pour autant à un simple commentaire poétique et dramatique sur le cycle des saisons puisque « Lord Summer » n’est autre que le double à peine voilé de l’archevêque John Whitgift. Ce dernier assista probablement à sa représentation, la pièce ayant été jouée au sein même de son palais de Croydon (peut-être avec Shakespeare dans le rôle titre si l’on en croit les stimulantes hypothèses émises par Katherine Duncan-Jones dans un article intitulé « Shakespeare, the Motley Player »).

Inclassable, elle se situe quelque part entre la comédie, la tragédie, l’allégorie, l’interlude et le divertissement de cour. Elle est particulièrement éclairante pour notre propos en ce qu’elle aborde une série de catastrophes naturelles (la sécheresse, l’humidité, le déluge, etc.) et qu’elle a pour toile de fond l’épidémie de peste qui frappa Londres en 1592. Derrière les saillies comiques perce donc une réelle inquiétude vis-à-vis du climat tant politico-religieux que sociologique et météorologique que les contemporains de Nashe doivent subir.

Nashe crée pour l’occasion le terme de « Backwinter »[1] qui, en désignant le retour d’un hiver intempestif et particulièrement rude, rappelle les températures très basses qui sévissaient au cours de ce que l’on a appelé le « Petit Âge Glaciaire » et qui faisaient regretter aux Élisabéthains la fertilité réelle ou supposée de la génération précédente. « Backwinter » est, selon Nashe, le fils ingrat de l’Hiver et il s’avère si menaçant dans la pièce que, même mourant, l’Été trouve la force de le bannir. Furieux, il quitte la scène en s’exclamant : « I will peep forth, thy kingdom to supplant. / My father I will quickly freeze to death, / And then sol monarch will I sit, and think / How I may banish thee, as thou dost me. »

Pareille violence est ici mise en scène comme pour mieux être conjurée.

En étudiant ce texte hybride, souvent critiqué pour son manque de tension dramatique, et partiellement délaissé par les spécialistes de la première modernité, je souhaite tout d’abord comprendre en quoi il est véritablement représentatif de son époque (on y retrouve par exemple des passages qui font écho aux prières que l’on récitait lors de la fête des Rogations pour se protéger de la peste et du mauvais temps). Dans un deuxième temps, j’étudierai la manière dont il se démarque de certaines perceptions des avaries climatiques qui caractérisent la Renaissance (Nashe, nous précise Philip Schwyzer, fut un écrivain qui chercha constamment à innover durant sa carrière) pour aborder, in fine, ce qui constitue son originalité afin d’y voir un texte annonciateur des masques de cour jacobéens qui firent du soleil, de la pluie et des astres des éléments structurants dans leurs spectacles grandioses. En me permettant ainsi de revenir sur les concepts de « nature » et de « catastrophe » disséqués par l’œuvre de Nashe, Summer’s Last Will and Testament me conduira à mener une réflexion ciblée sur la pertinence de l’idée même de « catastrophe naturelle » dans l’Angleterre élisabéthaine.

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne)

  Bibliographie

Sources primaires

Source secondaires

  • Duncan-Jones, Katherine. « Shakespeare, the Motley Player », The Review of English Studies, New Series, vol. 60, No. 247 (November 2009), pp. 723-43.
  • Egan, Gabriel. Shakespeare and Ecocritical Theory, London, Bloomsbury, 2015.
  • Hulme, Mike. « Climate » in The Cambridge Guide to the Worlds of Shakespeare. Shakespeare’s World, 1500-1660, vol. 1, ed. Bruce R. Smith, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, pp. 29-34.
  • Marienstras, Richard. « La fête des Rogations et l’importance des limites à l’époque élisabéthaine » in L’Europe de la Renaissance. Cultures et civilisations. Mélanges offerts à Marie-Thérèse Jones-Davies, Paris, Jean Touzot, 1988, pp. 109-26.
  • Mentz, Steve. « Strange Weather in King Lear », Shakespeare, 6: 2, 2010, pp. 139-52.
  • Schwyzer, Philip. « Summer Fruit and Autumn Leaves: Thomas Nashe in 1593 », English Literary Renaissance, vol. 24, No. 3, Studies in the 1590s (Autumn 1994), pp. 583-619.

[1] Je reviendrai sur l’entrée « Backwinter » de l’OED qui attribue bien l’invention de ce terme à Nashe mais qui cite un autre texte du même écrivain, celui de Lenten Stuffe (1599).

Mises en scène de tempêtes providentielles en mer dans le théâtre anglais de la Renaissance

La tempête providentielle en mer est un des mythes fondateurs de l’identité nationale et proto-impériale anglaise à la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème siècle. Ses déclinaisons multiples sont relayées par une littérature et une iconographie abondantes, depuis la dispersion en mer de l’Invincible Armada espagnole (1588) jusqu’aux récits de sauvetages miraculeux de naufragés anglais au Nouveau Monde, à l’instar des « Bermuda pamphlets » qui ont notamment inspiré The Tempest de Shakespeare. Dans l’imaginaire des contemporains du Barde, de tels événements reproduisent ou suivent le schéma biblique du Déluge, avec son schéma archétypal de survivants qui triomphent d’éléments déchaînés comme prélude à l’établissement d’un ordre nouveau et à une redéfinition de leur statut humain, social et politique en son sein.

Avec sa structure en bois rappelant largement la coque d’un navire, le théâtre public anglais de cette période fait la part belle aux tropes de la tempête et du naufrage en mer, et ce en dépit de possibilités limitées en termes d’effets spéciaux. Dans cette présentation, je m’attacherai à mettre en évidence les procédés par lesquels le théâtre de cette période parvient à suppléer, plutôt qu’à se substituer à l’imagination du spectateur pour partager avec lui l’expérience humaine d’un cataclysme fondateur et des émotions qui l’accompagnent. Je m’appuierai pour ce faire sur les indications scéniques précieuses des éditions d’origine des pièces, notamment en accompagnement de passages en pantomime (dumb shows), qui nous renseignent sur les conventions de mise en scène pour évoquer l’idée d’une tempête et d’un naufrage, comme « Enter Pericles wet and half-naked » (Pericles, scène 5, OSD).

Dans mon étude, je m’intéresserai également à la dimension générique des pièces comportant des scènes de tempête en mer et au moment où ces scènes interviennent. Apparaissant le plus souvent à l’ouverture des pièces ou peu après le début (comme dans The Four Prentices of London de Heywood, The Comedy of Errors, Twelfth Night, Pericles ou The Tempest de Shakespeare, ou encore the Sea Voyage de Fletcher et Massinger), ces tempêtes fondatrices servent de déclencheur à une action de nature héroïque, romanesque et initiatique. La suite de l’intrigue consistera à rassembler et à reconstruire ce qui a été dispersé au départ (personnages, langage, bases sociales et politiques, etc). In fine, loin d’être un désastre universel et humain, la tempête en mer se révèle comme ce « sea-change » miraculeux promis par la chanson d’Ariel dans The Tempest, un chaos qui n’est qu’apparent et qui ne détruit un ordre ancien que pour mieux construire du neuf et du sain avec ce qui a été sauvé du naufrage (cas de la tempête comme tournant de l’action tragique vers une issue romantique et comique dans The Winter’s Tale de Shakespeare).

Questions éventuelles

  • Je n’ai pas trouvé d’exemples déterminants pour l’action de tempêtes dans les tragédies ou de tempêtes intervenant tardivement, près de la conclusion des pièces. Il me faudrait compléter et vérifier mes hypothèses de ce point de vue.
  • Il faudrait examiner s’il y a une évolution dans le temps pour les conventions qui accompagnent les scènes de naufrage (nudité, tonnerre et éclair, etc), notamment sous l’effet des nouvelles possibilités de machinerie et de décors (dont les periaktoi) utilisées dans les masques.

Ladan Niayesh (Université Paris Diderot – Paris 7)

Bibliographie

  • Dan Brayton. Shakespeare’s Ocean: An Ecocritical Exploration. Charlottesville: University of Virginia Press, 2012.
  • Christopher Cobb. The Staging of Romance in Late Shakespeare: Text and Theatrical Technique. Newark: University of Delaware Press, 2007.
  • Allan C. Dessen et Leslie Thomson. A Dictionary of Stage Directions in English Drama 1580-1642. Cambridge: Cambridge University Press, 1999.
  • Gwilyn Jones. Shakespeare’s Storms. Manchester: Manchester University Press, 2015.
  • Jeremy Lopez. Theatrical Convention and Audience Response in Early Modern Drama. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.
  • David McInnis. Mind-Travelling and Voyage Drama in Early Modern England. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2013.
  • Steve Mentz. At the Bottom of Shakespeare’s Ocean. Londres: Continuum, 2009.
  • Steve Mentz. Shipwreck Modernity: Ecologies of Globalization, 1550-1719. Minneapolis et Londres: University of Minnesota Press, 2015.
  • Supama Roychoudhury. ‘Mental Tempests, Sea of Trouble: The Perturbations of Shakespeare’s Pericles’, ELH 82.4 (2015), pp. 1013-1039.

« Hear you not the rushing sound of the coming tempest? » (The Last Man, p. 315) : Mary Shelley et la tempête

Est-ce parce qu’en 1816, Mary Shelley a vécu les impressionnantes tempêtes de l’  « année sans été », phénomène climatique dû à l’éruption volcanique la plus puissante jamais enregistrée, celle du mont Tambora en Indonésie (avril 1815) ? Son œuvre fourmille de descriptions d’orages violents, réels, comme ceux qu’elle observe depuis les rives du lac Léman dans Histoire d’un voyage de six semaines (1817), ou fictionnels, comme ceux pendant lesquels Victor Frankenstein aperçoit sa créature (Frankenstein, 1818), et ceux qui accompagnent l’avancée de la peste qui anéantit la race humaine dans The Last Man (1824). Bien sûr, ces orages sont aussi métaphoriques et caractérisent les tourments de l’âme, celle de Victor ou celle du Monstre en particulier, selon le topos romantique bien connu, mais je souhaiterais m’intéresser en premier lieu aux manifestations physiques de la tempête et au rôle que celle-ci peut jouer dans l’économie des trois œuvres citées supra, particulièrement dans les deux romans.

Malgré l’intérêt avéré de Mary Shelley pour les débats scientifiques de son temps (voir par exemple l’introduction que Marilyn Butler a écrite pour son édition de Frankenstein), ses tempêtes valent avant tout pour leur valeur esthétique, apocalyptique ou prophétique, et puisent davantage dans la tradition littéraire, notamment chez Shakespeare et Defoe, que dans les théories climatiques de son temps. Il est même possible de voir un rejet de l’interprétation scientifique du phénomène à travers le ridicule qui s’attache à la figure de Merrival, astronome et climatologue avant l’heure dans The Last Man. À ce stade (embryonnaire) de ma réflexion, il me semble que la tempête est pour Mary Shelley un événement artistique au premier lieu, la nature imitant l’art, ce que j’aimerais approfondir à partir de ce rejet de la science que je viens d’esquisser.

Anne Rouhette (Université Clermont Auvergne)

Annexe : extraits de différentes œuvres de Mary Shelley

Bibliographie

  • Butler, Marilyn. Introduction. Frankenstein, ed. Marilyn Butler, Oxford, Oxford World’s Classics, 2008 (1994).
  • Le Roy Ladurie, Emmanuel, Histoire humaine et comparée du climat II : disettes et révolutions (1740-1860), Paris, Fayard, 2006.
  • Shelley, Mary. Frankenstein, Or, The Modern Prometheus, ed. J. Paul Hunter, New York, Norton, 2012.
  • Shelley, Mary. The Last Man, ed. Morton D. Paley, Oxford, Oxford World’s Classics, 2008 (1994).
  • Shelley, Mary, et Percy Bysshe Shelley. History of a Six Weeks’ Tour, intr. Jonathan Wordsworth, Otley, Woodstock Books, « A Woodstock Facsimile », 2002.