« Des hommes dans la tempête : True Reportory de William Strachey (1625) »

Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

 [télécharger la proposition] [télécharger le texte]

La notoriété de True Reportory[1] de William Strachey (1572-1621) est en grande partie due à son influence supposée auprès de Shakespeare pour l’écriture de La Tempête. Au-delà du débat déjà bien documenté[2] sur le lien entre les deux œuvres, ce texte de Strachey, comme l’ensemble de ses écrits, nous renseigne sur les débuts de la colonisation de l’Amérique du Nord par les Anglais. Écrit en 1610, True Reportory est publié quelque quinze ans plus tard, en 1625, dans une anthologie de Samuel Purchas rassemblant différents récits de voyage[3]. Témoignage direct, le récit de Strachey, adressé à une femme non identifiée, relate le naufrage en 1609 du Sea Venture, vaisseau amiral d’une flotte de ravitaillement composée de sept navires et deux pinasses voguant vers Jamestown. Il échoua dans les îles alors inhabitées des Bermudes, où les passagers trouvèrent refuge près d’une année et construisirent deux navires afin d’atteindre leur destination finale.

Le Sea Venture fut pris dans une terrible tempête. Cet épisode constitue le point de départ du récit de Strachey et place le lecteur, sur un plan narratif, in medias res. La traversée en mer depuis Plymouth, paisible, est réduite à quelques remarques factuelles, comme l’est également la seconde partie de la traversée (des Bermudes jusqu’en Virginie), résumée en quelques lignes tant elle semble quiète, et donc peu propice à une palpitante narration.

Le texte de Strachey est découpé en quatre chapitres distincts qui regroupent la tempête, la vie insulaire dans les Bermudes, des informations sur la vie de la colonie, le retour en Angleterre et un commentaire sur la vie en Virginie. La description de la tempête, minutieuse et circonstanciée, occupe environ 1/8ème du texte et s’affirme comme véritable élément dramatique – à comprendre selon le double sens du terme : il convient de prendre en compte la gravité de l’événement autant que son potentiel de représentation. Différentes strates composent ce récit : aux considérations « pragmatiques » (les observations matérielles, techniques et scientifiques, comme la mention d’un feu de Saint-Elme[4]) s’ajoute une réflexion sur l’état psychologique des passagers ; enfin, une dimension religieuse transcende l’ensemble du récit, avec l’Exode et le passage de la mer Rouge comme toile de fond. Les différents niveaux de lecture s’entremêlent : par exemple, lorsque Strachey aborde l’absence d’étanchéité du bateau, il double ses explications rationnelles d’une justification quasi divine : « It pleased God to bring a greater affliction yet upon us; for in the beginning of the storm we had received likewise a mighty leak. » Dès lors, la tempête contraint les hommes à une lutte physique et psychologique : il faut résister aux assauts des éléments déchaînés contre le bateau (l’eau, bien sûr, ainsi que le vent et la foudre), en même temps qu’il faut affronter moralement l’épreuve : « the manner of the sickness it lays upon the body, being so unsufferable, gives not the mind any free and quiet time to use her judgment and empire ». Pour l’auteur, les hommes et le bateau pris dans la tempête forment une entité unique et indivisible devant lutter pour sa survie. L’eau constitue une double menace, à l’extérieur comme à l’intérieur du navire. Dehors, les vagues, qualifiées de rivières dans les airs (« the waters like whole rivers did flood in the air »), semblent assiéger le vaisseau. Ceinturant le navire, elles décuplent le danger lorsqu’elles permettent à l’eau de s’y infiltrer. Strachey insiste sur le combat qui s’instaure entre une catastrophe naturelle d’une rare violence (il use d’ailleurs d’un lexique assez fort pour la qualifier : fury, restless tumult…) et les hommes sur le navire.

Véritable épisode épique, cette tempête est au cœur de l’analyse que nous souhaitons mener dans cette étude. Il s’agit d’aborder la description des éléments climatiques dans True Reportory et d’établir la relation qu’ils entretiennent avec les hommes à bord du Sea Venture. Nous essaierons de voir comment ceux-ci doivent composer avec la catastrophe, réagir et s’adapter, de même que nous considérerons les conséquences de cet événement, au-delà des aspects environnementaux. En effet, la troisième et dernière partie du texte délaisse complètement les considérations climatiques en Virginie et s’intéresse quasi-exclusivement à la question sociale et humaine (organisation de la colonie, conditions sanitaires et alimentaires…). Si ce chapitre du récit contraste fortement avec la description de la tempête initiale et du naufrage subséquent, une forme de symétrie ou de parallélisme se dessine au sein du texte : la catastrophe naturelle laisse place à une forme de catastrophe humaine, tout aussi désastreuse (Strachey se montre d’ailleurs très critique de la gestion de la colonie et de sa précarité). Ironie du sort, comme si le climat reflétait la situation humaine et préfigurait les difficiles conditions de vie dans la colonie, Strachey et les rescapés furent accueillis à Point Comfort par… une tempête (« a mighty storm of thunder, lightning and rain gave us a shrewd and fearful welcome. »).

Bibliographie

Sources primaires

    • William STRACHEY, “A True Reportory of the Wracke, and Redemption of Sir Thomas Gates Knight; vpon, and from the Ilands of the Bermudas: his comming to Virginia, and the estate of that Colonie then, and after, vnder the gouernment of the Lord La Warrre, Iuly 15. 1610”, in Samuel PURCHAS, Hakluytus posthumus; or, Purchas his pilgrimes, vol. 4, pp. 1734-1758, Londres : William Stansby, 1625.
    • William STRACHEY, “The True Reportory of the Wracke and Redemption of Sir Thomas Gates”, in Louis B. WRIGHT, ed., A Voyage to Virginia in 1609, Two narratives, Charlottesville : The University of Virginia Press, 2013 [1964], pp. 1-101.

Sources secondaires

    • S.G. CULLIFORD, William Strachey, 1572-1621, Charlottesville : The University of Virginia Press, 1965.
    • S.A LINK, “Earliest American Literature—Captain John Smith”, in The American Historical Magazine, Vol. 1, No. 1 (1896), pp. 64-70.
    • Thomas J. OERTLING, “A Suction Pump from an Early-16th-Century Shipwreck”, in Technology and Culture, Vol. 30, No. 3 (1989), pp. 584-595.
    • Tom REEDY, “Dating William Strachey’s ‘A True Reportory of the Wracke and Redemption of Sir Thomas Gates’”: A Comparative Textual Study”, in The Review of English Studies, New Series, Vol. 61, No. 251 (2010), pp. 529-552.
    • Roger STRITMATTER, Lynne KOSITSKY, “Shakespeare and the Voyagers Revisited”, in Review of English Studies, Oxford University Press, Vol. 58, No. 236 (2007), pp. 447–72.
    • Alden T. VAUGHAN, “William Strachey’s ‘True Reportory’ and Shakespeare: A Closer Look at the Evidence”, in Shakespeare Quarterly, Vol. 59, No. 3 (2008), pp. 245-273.
    • P.M. WRIGHT, The Sea Venture Story, Les Bermudes : Bermuda Press, 1960.

Sites Internet


[1] Le titre complet du texte est A true reportory of the wracke, and redemption of Sir Thomas Gates Knight; vpon, and from the Ilands of the Bermudas: his coming to Virginia, and the estate of that Colonie then, and after, vnder the gouernment of the Lord La Warre, Iuly 15. 1610.

[2] À ce sujet, voir Roger STRITMATTER, Lynne KOSITSKY, “Shakespeare and the Voyagers Revisited”, in Review of English Studies, Oxford University Press, Vol. 58, No. 236 (2007), pp. 447–72 ; Alden T. VAUGHAN, “William Strachey’s « True Reportory » and Shakespeare: A Closer Look at the Evidence” in Shakespeare Quarterly, Vol. 59, No. 3 (2008), pp. 245-273.

[3] Samuel PURCHAS, Hakluytus posthumus; or, Purchas his pilgrimes, vol. 4, pp. 1734-1758, Londres : William Stansby, 1625.

[4] Les feux de Saint Elme se définissent comme des « manifestations électriques dues à un violent conflit de masses d’air de températures radicalement différentes : ils correspondent à une espèce d’halo scintillant que nous pouvons observer le long des mâts des bateaux, des ailes d’avion ou encore des clochers lorsqu’il y a de l’orage. » Source : http://www.meteolafleche.com/saintelme.html (site consulté le 20 juillet 2018)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.