Le traitement de la nature dans les adaptations scéniques de Macbeth en France (1784-1942)

Pierre Causse (Université Lumière Lyon 2 – IHRIM)

[télécharger la proposition]  [télécharger l’annexe]

« Dans Shakespeare, les oiseaux chantent, les buissons verdissent, les cœurs aiment, les âmes souffrent, le nuage erre, il fait chaud, il fait froid, la nuit tombe, le temps passe […][1]. » Ces lignes de Victor Hugo sont emblématiques d’un des aspects de la réception de Shakespeare en France. La lecture du dramaturge élisabéthain par les Romantiques révèle par contraste un manque dans les dramaturgies codifiées héritées du classicisme : la nature, la diversité du monde matériel et de ses phénomènes en sont exclues. La progressive découverte de Shakespeare et ses successives adaptations sur la scène française impliquent donc pour les auteurs de prendre leur parti quant au tressage entre l’action humaine et la présence de la nature. En résultent des transformations de l’œuvre de Shakespeare en vue de la représentation, ou des propositions de nouvelles conventions scéniques.

Pour étudier cet ensemble de passages et de transformations, je me pencherai sur le cas de Macbeth, l’une des tragédies de Shakespeare les plus présentes sur la scène française au xixe et au début du xxe siècle, et où, pour citer encore Victor Hugo : « la nature devient âme contre l’homme qui est devenu force[2] ». De la tragédie en alexandrins à la pantomime, en passant par le mélodrame et les versions lyriques, on compte 18 adaptations successives depuis 1784 et la tragédie de Ducis, jusqu’à 1942, date de la mise en scène de Gaston Baty[3]. Il s’agira d’étudier ces adaptations, en se focalisant particulièrement sur le devenir de la représentation de la nature et de ses modes d’interventions dans le drame.

Le premier travail consiste à qualifier de la manière la plus précise possible cette présence de la nature dans le texte originel. J’identifie trois éléments dans le texte shakespearien dont les adaptateurs se saisissent de diverses manières, à partir desquels je formule de premières questions.

1° Une nuit de catastrophe

Le meurtre de Duncan est accompagné par un bouleversement violent dans l’ordre de la nature. Le dialogue entre Ross et un Vieillard à la scène 4 de l’acte II est ici central. Il constitue une suspension dans l’action dramatique qui rend sensible, par le texte, la dimension cosmique du trouble qui accompagne le meurtre du Roi. On peut ici parler de catastrophe dans le sens où l’ensemble des phénomènes anormaux repérés constitue un événement unique dans une vie d’homme, créant un avant et un après. C’est ainsi que se comprend la fonction du personnage épisodique du Vieillard : il est d’abord une longue mémoire d’homme qui permet de qualifier cette nuit comme exceptionnelle.

On remarquera toutefois que la notion de catastrophe naturelle ne va pas sans poser problème pour Macbeth. La nature n’intervient pas de manière indépendante dans le drame, elle est toujours liée à l’action des personnages. Dimensions naturelle, surnaturelle, et politique sont mêlées inextricablement, ce qu’exprime Ross : « Tu vois les cieux, comme troublés par les actes des hommes, / Menacer leur sanglant théâtre » (trad. J.-M. Déprats). Une mise en relation entre microcosme et macrocosme est opérée (selon un schéma fréquent à la Renaissance et chez Shakespeare) qui implique de toujours comprendre la nature dans son double sens concret et moral.

Que devient cette relation entre microcosme et macrocosme dans les adaptations ? Comment comprendre que la scène entre le Vieillard et Ross soit régulièrement supprimée dans les adaptations ?

Thunder and lightning

Le tonnerre accompagne, rituellement, chaque entrée en scène des Sorcières, ainsi que les apparitions de la scène du chaudron (IV, 1). Ces ponctuations météorologiques de l’action constituent la manifestation la plus évidente des éléments naturels dans la pièce – tout en étant liés très directement avec la présence et l’action des personnages surnaturels.

Comment les adaptateurs se saisissent-ils de cette ponctuation sonore et visuelle de la pièce par l’orage ? Les potentialités spectaculaires de telles séquences sont-elles renforcées ou atténuées ? Le lien entre orage et présence du surnaturel est-il systématiquement maintenu ?

Filthy air

Se déploie enfin au long de la pièce tout un réseau thématique touchant à la qualité de l’air environnant les personnages. Les Sorcières quittent la première scène « through the fog and filthy air », l’air a été traversé de lamentations la nuit du meurtre (II, 3), le ciel résonne des souffrances de l’Écosse selon Macduff (IV,3)… Par un contraste ironique, Duncan et Banquo remarquaient que l’air du château de Macbeth semblait « sweetly », « delicate » (I, 6)… Un certain nombre de commentateurs et d’adaptateurs de la pièce vont se saisir de ce réseau, jouant sur son double aspect concret et métaphorique. Ainsi pour Maeterlinck, dans ce drame, « les hommes forment eux-mêmes l’atmosphère qu’ils respirent et deviennent en même temps les tragiques créatures de l’atmosphère qu’ils créent[4]. » Pour le metteur en scène anglais E. G. Craig, « dans Macbeth […], l’air est tout chargé de mystère ; l’action toute entière est conduite par une force invisible ; et ce sont précisément ces paroles qu’on n’entend pas, ces formes à peine plus définies que l’ombre d’un nuage, qui donnent au drame sa mystérieuse beauté […] et son principal élément tragique[5]. »

La tragédie de Macbeth a-t-elle ainsi plutôt donné lieu à des représentations spectaculaires d’une nature bouleversée, ou davantage participé à élaborer une nouvelle vision de la mise en scène et de ses enjeux, cherchant désormais la suggestion plutôt que la manifestation ?

Dans les adaptations successives, il s’agira donc d’observer le devenir de ces trois éléments, entre disparitions, déplacements, expansions, et tentatives de restitution. En prenant en compte leur dimension scénique et l’horizon d’attente de chacune des adaptations, toujours conçues en fonction d’une scène et d’un public particulier, on cherchera à établir une typologie de ces réinterprétations, en fonction de leur traitement de la nature.

L’article à venir se propose donc d’être une lecture dramaturgique à vaste échelle ; il espère contribuer à l’histoire de la réception de Shakespeare en France, mais aussi être une occasion de questionner des transformations dans l’histoire des représentations. Que produit la distance historique entre l’époque de Shakespeare et l’époque des adaptations considérées ? Les relations entre homme et nature telles qu’elles sont configurées dans l’œuvre initiale trouvent-elles encore échos au xixe et xxe siècle, ou bien sont-elles devenues caduques ? De quelle manière peuvent-elles être réactivées ?

Questions éventuelles

Mes recherches m’ont permis d’identifier une mise en scène de Macbeth dans les années 1930 à Marseille, par la compagnie Le Rideau Gris, dirigée par Louis Ducreux. Cette mise en scène se serait faite en collaboration avec l’éminent shakespearien Henri Fluchère. Je n’ai toutefois trouvé que très peu de traces me permettant d’avoir une idée du contenu du spectacle, et serais preneur de toute information à ce sujet.

Bibliographie

  • Dorval, Patricia et Maguin, Jean-Marie (dir.), Shakespeare & la France : actes du congrès de 2000, Paris, Société française Shakespeare, 2001.
  • Golder, John (dir.), Shakespeare sur la scène française hier et aujourd’hui, European Drama and Performance Studies, 2016-1, n° 6.
  • Horn-Monval, Madeleine, Répertoire bibliographique des traductions et adaptations françaises du théâtre étranger du xve siècle à nos jours. 5. 1, Théâtre anglais, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1963.
  • Huthwohl, Joël, « “Shakespeare nous souleva sur son aile divine”. Mises en scène de Shakespeare en France dans la première moitié du xxe siècle », Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, 2014, p. 41‑49.
  • Jacquot, Jean, Shakespeare en France : mises en scène d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Le Temps, coll. Théâtres, fêtes, spectacles, 1964.
  • Jones, Gwilym, Shakespeare’s storms, Manchester, Manchester University Press, 2015.
  • Treilhou-Balaudé, Catherine, « Le spectaculaire shakespearien et sa réception à l’époque romantique : l’exemple de Macbeth », in Le Spectaculaire et les arts de la scène, du Romantisme à la Belle Époque, I. Moindrot (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 61-69.
  • Venet, Gisèle et Cottegnies, Line (dir.), Shakespeare au xixe siècle, Atlantide, 2015, n°4.

Annexe : Adaptations et mise en scène de Macbeth en France (1784-1942)

Cliquez ici pour télécharger l’annexe

 


[1] Victor Hugo, William Shakespeare [1864], in Critique, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 282.

[2] Ibidem., p. 363.

[3] Le choix de s’arrêter à la mise en scène de Gaston Baty se justifie par le fait qu’elle semble être la dernière à s’inscrire dans la tradition des adaptations qui réinventent des passages entiers de l’œuvre initiale.

[4] Maurice Maeterlinck, « Introduction » à la traduction de Macbeth, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1910, p. xvi.

[5] Edward Gordon Craig, De lArt du théâtre [1911], s.l., Circé, 1999, p. 205.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.