Portraits naturalisés de la catastrophe : « The Storm » et « The Calm » de John Donne

Anne-Valérie Dulac (Sorbonne Université)

Anne-Marie Miller-Blaise (Sorbonne Nouvelle)

[télécharger la proposition]

Edmund Gosse, dans la biographie en deux volumes qu’il consacre à John Donne en 1899, écrit au sujet des deux épîtres « The Storm » et « The Calm » qu’elles répondent, à l’instar des Satires, à un instinct descriptif caractérisé qu’il déplore: « they are exercises in deliberate description », « These were attempts […] to paint what the poet saw or thought he saw. » De nombreux autres lecteurs et critiques de Donne ont noté, sans toutefois reprendre à leur compte le mépris de Gosse pour ces vers, le réalisme de la représentation de la tempête et du calme qui lui succède: « Donne’s verse letters, the Storm and Calm, have often been praised as the best Elizabethan descriptive poems. They show a realism that cuts through the idealized tableaux of most later sixteenth-century word pictures » (Nellist, 511).

Les deux tableaux de Donne ont pour modèle avoué l’art de Nicholas Hilliard, cité nommément dès les premiers vers de « The Storm »:

Thou which art I, (’tis nothing to be so)
Thou which art still thyself, by these shalt know
Part of our passage; and, a hand, or eye
By Hilliard drawn, is worth an history,
By a worse painter made; and (without pride)
When by thy judgement they are dignified,
My lines are such: ’tis the pre-eminence
Of friendship only to impute excellence.

La référence a de quoi surprendre: si l’on connaît les portraits ou le travail d’orfèvre du miniaturiste, la nature et ses catastrophes n’ont jamais constitué pour lui un objet pictural. Pourquoi Donne convoque-t-il un portraitiste en ouverture d’un récit de tempête en mer?  Qu’y-a-t-il de commun entre les « lignes » du poète et celles de Hilliard?

Notre problématique est double: elle vise tout d’abord à s’interroger sur la spécificité du travail d’Hilliard dans l’Angleterre élisabéthaine et du modèle de représentation qu’il pouvait évoquer à John Donne, ainsi qu’à Christopher Brooke (le destinataire de ces deux lettres) et au cercle d’amis plus vaste dans lequel ces poèmes étaient lus. L’enquête sur les modalités et la matérialité de l’art du limner permettra de relire, dans un deuxième temps, les épîtres de Donne à l’aune de ce qui pourrait être désigné comme un nouveau réalisme ou naturalisme (terme que l’on rapprochera de l’idée d’une peinture du vivant, sans y associer les mêmes connotations sociales dont il se colore au XIXe siècle). La tempête en mer, motif spirituel par excellence, n’est, en effet, que très rarement décrite ou vécue comme un phénomène naturel en cette fin de XVIe siècle – elle est toujours, avant tout, expérience emblématique et manifestation surnaturelle, si bien qu’elle interroge la possibilité même de la « catastrophe naturelle » comme catégorie opératoire dans le contexte de la toute première modernité. En atteste une riche littérature de poésie dévotionnelle, de sermons, et de récits spirituels qui moralisent et spiritualisent l’orage, et à laquelle on pourra comparer, pour mieux les contraster, les lettres de Donne. « The Storm » et « The Calm » semblent se plier encore en partie à une lecture topique de l’orage comme expérience emblématique de l’épreuve et du chaos. Cependant, le fait que les deux poèmes se présentent explicitement sous la forme d’épîtres destinés à circuler à l’intérieur d’une société humaine (« the pre-eminence / of friendship »), qui tient lieu et place de la sphère d’action de la grâce divine (« impute to excellence »), contribue, avec l’analogie aux peintures sur le vif de Hilliard, à soustraire l’expérience météorologique à la sphère du surnaturel (ou du divin), où tout est signe d’un dessein téléologique, pour commencer à l’ancrer dans le monde des phénomènes naturels. Ainsi, les « lignes » du limner, comme celle du poète épistolaire, dessinent les contours d’un monde et d’une esthétique naturalisés, dans une tension renouvelée au super-naturel (au sens d’hyper-naturel) qui ne se présente plus tout à fait sous les mêmes traits allégoriques et divins.

Questions éventuelles

  • Rencontre-t-on d’autres exemples de mobilisation du vocabulaire pictural (et plus particulièrement de la terminologie associée au limning) dans les représentations poétiques/théâtrales de catastrophes naturelles?
  • Dans quelle mesure la tempête relève-t-elle des catégories de « catastrophe » et de « phénomène naturel » ?

Bibliographie

  • Céline Cachaud, Hillyard and Co [carnet de recherche], https://hilliyarde.hypotheses.org/
  • Katherine Coombs, « A Kind of Gentle Painting », Kim Sloan (éd.), European Visions: American Voices, British Museum Research Publication, No. 172, 2009, p. 77-84
  • John Donne, The Satires, Epigrams, and Verse Letters, Wesley Milgate (éd.), Oxford, Clarendon, 1967.
  • John Donne, John Donne’s Poetry, Donald R. Dickson (éd.), New York, Norton, 2007.
  • John Donne, The Complete Poems, A. J. Smith (éd.), Londres, Penguin Classics, 1996 [1971].
  • Steve Mentz, « Donne at Sea: The Islands Voyage and Poetic Form », Forum for Modern Language Studies, Volume 49, No. 4, 1 octobre 2013, p. 355-368
  • B. F. Nellist, « Donne’s ‘Storm’ and ‘Calm’ and the Descriptive Tradition », The Modern Language Review, Vol. 59, No. 4, octobre 1964, p. 511-515
  • Anthony Parr, « John Donne, Travel Writer », Huntington Library Quarterly, vol. 70, No.1, mars 2007, p. 61-85
  • A. J. Smith (avec Catherine Philips), John Donne: The Critical Heritage, 2 volumes, Londres et New York, Routledge, 2005
  • Timea Tallian, « John White’s Materials and Techniques », Kim Sloan (éd.), European Visions: American Voices, British Museum Research Publications, No. 172, 2009, p. 72-76

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.