Participants

Pierre Causse est actuellement doctorant en Arts de la Scène, au sein du laboratoire IHRIM, après avoir effectué un master en Études Théâtrales à l’École Normale Supérieure de Lyon et un master de Lettres Modernes à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse, dirigée par Olivier Bara, porte sur la notion d’atmosphère dans l’art de la mise en scène, du début du XIXe siècle à la moitié du XXe siècle. Ses premiers articles publiés portent sur la présence de l’astrologie dans le théâtre romantique, la dramaturgie du toucher chez Maeterlinck et Tchekhov, et sur la pratique théâtrale de George Sand en son théâtre de Nohant. Pierre Causse est également auteur et dramaturge au sein de compagnies théâtrales.

Jean-Jacques Chardin est Professeur à l’université de Strasbourg, où il dirige la revue d’anglistique RANAM. Il a été Sterling Maxwell Fellow au Centre for Emblem Studies de l’université de Glasgow de 2010 à 2013, puis Honorary Professorial Research Fellow de la même université de 2013 à 2016. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’emblématique anglaise parmi lesquels « The Emblem and Authenticity: A New Historicist Reading of Henry Peacham’s Minerva Britanna », Poetics Today, 2014 ;  ou encore « The Emblem Tradition in Shakespeare’s Plays: Mirror-effects and Anamorphoses »,   Imago : Revista de Emblèmatica y Cultura Visual, 2016.

Sophie Chiari est Professeur de littérature anglaise à l’Université Clermont Auvergne, et spécialiste des XVIe et XIIe siècles. Elle est responsable de l’IHRIM-Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur la littérature, la culture et l’histoire des idées de la période prémoderne. Elle mène en parallèle des travaux de traduction. Sa dernière monographie, Shakespeare’s Representation of Weather, Climate and Environment. The Early Modern Fated Sky, aborde la littérature shakespearienne sous l’angle environnemental et va paraître d’ici la fin de l’année chez Edinburgh University Press. Elle est également sur le point de publier chez Routledge Freedom and Censorship in Early Modern English Literature, avec une Coda de Roger Chartier.  Avec Sophie Lemercier-Goddard, elle co-dirigera un séminaire entièrement consacré aux cieux shakespeariens lors du prochain congrès de la SAA, en avril 2019, à Washington D.C. 

Samuel Cuisinier-Delorme est docteur de l’Université Clermont Auvergne, où il est enseignant, et est membre de l’IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités), UMR 5317 du CNRS. Ses travaux sont essentiellement consacrés au théâtre anglais de la Renaissance, à l’histoire des idées et l’histoire de la danse. Il a soutenu en 2013 une thèse sur les représentations de la danse dans le théâtre de Shakespeare. Il travaille actuellement à la publication des actes du colloque « Écrire la danse dans l’Europe de la Renaissance aux Lumières » et à la co-organisation avec Sophie Chiari du colloque international « Bains et thermalisme dans la littérature et la culture anglaises de la première modernité » qui se tiendra à Vichy les 10 et 11 octobre 2019.

Anne Valérie Dulac est Maître de Conférences en études élisabéthaines à Sorbonne Université. Elle a beaucoup écrit dans le domaine des études visuelles, a donc beaucoup travaillé sur l’optique, notamment chez sir Philip Sidney, et s’intéresse désormais de très près à la peinture et à ses liens (miniatures, aquarelles) avec la littérature dans l’Angleterre prémoderne. Elle s’occupe par ailleurs, avec Laetitia Sansonetti, des publications de la Société Française Shakespeare.

Margaret Jones-Davies a été Maître de Conférences à l’Université de Lille de 1970-1985 puis à l’Université de Paris-Sorbonne jusqu’en 2012. Elle se spécialisa d’abord en littérature contemporaine avant d’écrire de nombreux articles sur les pièces de Shakespeare, en particulier sur l’influence du nominalisme et de la philosophie hermétique. Elle continue à travailler sur ces sujets. Elle est l’auteur de 11 préfaces aux traductions d’André Markowicz publiées aux « Solitaires Intempestifs » et de 6 préfaces dans la « Pléiade Shakespeare ».

Denis LagaeDevoldère est spécialiste du théâtre anglais du XVIIe siècle et est Maître de Conférences à Sorbonne Université.  Il s’intéresse à la traduction et au théâtre. Outre une étude du Coriolan de Shakespeare parue chez Armand Colin en 2007 et de Measure for Measure publiée aux PUF en 2012, il a publié de nombreux articles sur le théâtre élisabéthain, jacobéen et de la Restauration anglaise.

Sophie Lemercier-Goddard est Maître de Conférences à l’École Normale Supérieure de Lyon en littérature de la Renaissance et membre de l’IHRIM (UMR 5317). Ses recherches en cours portent sur les récits d’exploration et de colonisation britanniques de la Première Modernité. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur le voyage de circumnavigation de Francis Drake ainsi que sur les récits des explorateurs anglais à la recherche du passage du Nord-Ouest (Sir Humphrey Gilbert, Martin Frobisher, Henry Hudson). Elle s’intéresse à la rhétorique, à la traduction, aux questions d’identité, à l’écriture de l’empire et à l’économie du voyage dans le monde atlantique anglais des XVIe et XVIIe siècles.
 
Jean-Philippe Luis est directeur de la MSH et membre du CHEC, une unité de recherche qui regroupe les historiens de l’UCA. Porteur du programme I-Site Cap 2025 APURIS-VOLC (« La gestion du risque volcanique par l’administration impériale en Amérique latine du XVIIIe siècle aux années 1820 »).

Pierre Lurbe est Professeur à l’UFR d’études anglophones au sein de Paris Sorbonne, rattaché à l’équipe d’accueil HDEA (« Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones », EA 4086). Ses recherches portent essentiellement sur la pensée politique et religieuse aux XVIIe et XVIIIe siècles (« déisme » et républicanisme en particulier), et sur les phénomènes de transferts culturels (entre autres, transmission de l’héritage de la pensée républicaine anglaise du XVIIe siècle par le biais des journaux du Refuge). Il est l’auteur ou le co-auteur de deux ouvrages à caractère pédagogique (Civilisation britannique, en collaboration avec Peter John (Paris : Hachette), 9ème édition, 2017, 221 pages ; Le Royaume-Uni aujourd’hui (Paris : Hachette, collection Les Fondamentaux), 8ème édition, 2017, 166 pages), d’une édition critique (Toland, John, Raisons de naturaliser les Juifs en Grande-Bretagne et en Irlande [introduction, traduction, bibliographie et notes], Paris : PUF, 1998, 194 pages), et a publié de très nombreux articles.  

Anne-Marie Miller-Blaise est professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en littérature et histoire culturelle britanniques des XVIe et XVIIe siècles, et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Elle est rattachée à l’EA PRISMES 4398 et coordonne les activités du séminaire de recherche Epistémè. Ses travaux comptent des articles et une monographie, Le Verbe fait image (Presses Sorbonne Nouvelle, 2010), sur les propriétés iconiques de la poésie anglaise dans le contexte iconoclaste anglais. Elle a également publié des travaux sur le théâtre de Shakespeare et travaille actuellement sur plusieurs projets collectifs au croisement de la littérature et de l’histoire de la culture matérielle de la première modernité.  

Ladan Niayesh est Professeur de littérature britannique à l’Université Paris-Diderot. Elle s’intéresse à trois grands thèmes en particulier : le théâtre anglais de la Renaissance (Shakespeare et ses contemporains), la littérature de voyage des XVIe – XVIIe siècles, et les images de l’Orient et de la Perse dans la littérature anglaise de la première modernité. Elle vient d’éditer 3 pièces, Three Romances of Eastern Conquest (pour Manchester University Press). Elle travaille actuellement pour le volume 3 (sur les voyages de Moscovie et de Perse) des Principal Navigations, Voyages, Traffiques and Discoveries of the English Nation de Richard Hakluyt (projet conduit sous la direction de Dan Carey et de Claire Jowit, à paraître chez Oxford University Press).

Sandhya Patel est Maître de Conférences à l’Université Clermont Auvergne. Son activité de recherche s’organise autour de l’étude de manuscrits sous forme de journaux de bord du XVIIIe siècle. Ces manuscrits lui permettent d’avoir des perspectives intéressantes sur les voyages d’exploration maritimes britanniques et français, plus précisément dans les mers du Sud ou l’océan Pacifique. En 2017 est paru un ouvrage de 650 pages intitulé Exploration of the South Seas in the Eighteenth Century – Rediscovered Accounts : Samuel Wallis’s Voyage Round the World in the Dolphin 1766-1768 (Routledge). Une partie de ses travaux est également consacrée à la mise en valeur des « logs » (livre de quarts, livres de bord) car jusqu’ici ils ne sont que très rarement cités (dans des études sur le climat, par exemple).

Jonathan Pollock est professeur de littérature anglaise et comparée à l’Université de Perpignan. Il est l’auteur de Qu’est-ce que l’humour (Klincksieck, 2001), Le Moine (de Lewis) d’Antonin Artaud (Gallimard, 2002), Le Rire du Mômo (Kimé, 2002), Déclinaisons, Le Naturalisme poétique de Lucrèce à Lacan (Hermann, 2010) et Lire les Cantos d’Ezra Pound (Hermann, 2014).

Mickael Popelard est Maître de Conférences à l’Université de Caen. Ses recherches le conduisent à explorer sciences, philosophie et littérature aux XVIe et XVIIe siècles. Il est l’auteur de deux monographies, l’une sur Shakespeare, l’autre sur Bacon, publiées aux Presses Universitaires de France et a écrit bon nombre d’articles sur ces deux auteurs. Sa dernière publication s’intitule Spectacular Science, Technology and Supersition in the Age of Shakespeare (ouvrage co-édité avec Sophie Chiari) publiée chez Edinburgh University Press en 2017.

Anne Rouhette est Maître de Conférences en littérature britannique à l’UCA. Ses recherches portent principalement sur le roman féminin en Angleterre à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle (Frances Burney, Jane Austen, Mary Shelley), mais elle s’est également beaucoup intéressée aux récits de voyage. Elle a, entre autres choses, publié une très belle édition critique et traduction de l’Histoire d’un voyage de six semaines de Mary Shelley et Percy Bysshe Shelley en 2015. Elle a traduit plusieurs romans également.

Pierre Schiano est Vice-Président du Programme d’Investissements d’Avenir à l’Université Clermont Auvergne, et il est directeur du Projet I-Site qui soutient nos tables rondes et qui a pour nom CAP 20-25.Quatre axes stratégiques de recherche en lien avec le territoire auvergnat sont mis en avant dans ce projet. Ils portent sur les agro-écosystèmes durables, les systèmes et services innovants pour les transports, la mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé et les risques naturels catastrophiques et la vulnérabilité scientifique. C’est dans ce dernier axe que nous nous inscrivons avec nos deux journées sur la représentation des catastrophes naturelles dans la littérature. Côté recherche, Pierre est Physicien, Professeur de pétrologie. Il travaille sur la composition des magmas primaires issus de la fusion du manteau terrestre.

Chantal Schütz est Professeure assistante à l’École Polytechnique où elle enseigne depuis 2001. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée d’anglais, elle a consacré sa thèse à Thomas Middleton, un contemporain et collaborateur de Shakespeare. Membre de l’équipe de recherche PRISMES de l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, elle est également trésorière de la Société Française Shakespeare. Elle a travaillé pendant quatre ans au théâtre du Globe à Londres ainsi qu’à l’Institut Universitaire Européen de Florence. Son enseignement porte sur le théâtre et la musique anglophones. Ses travaux de recherche portent sur Shakespeare et l’opéra, sur Middleton, et sur le théâtre du Globe. Elle s’intéresse aussi à la musique de la Renaissance, et en particulier à John Dowland, au luth, ainsi qu’aux liens entre larmes, mélancolie et représentation théâtrale. 

Julie Van Parys-Rotondi enseigne au département d’études anglophones de l’UCA. Sa thèse, sous la direction de Monique Vénuat, soutenue en 2017, s’intitulait « Katherine Parr, Elizabeth Tyrwhit, Anne Askew. Trois voix de femmes dans la Réforme anglaise : convergences, divergences, influences ». Elle s’intéresse à la réforme et à la contre-réforme, aux manuels de dévotion publiés durant le règne des Tudor et, plus largement, à l’histoire des idées au XVIe siècle. Elle projette actuellement de traduire en français le manuel de dévotion « Morning and Evening Prayers » (1574) d’Elizabeth Tyrwhit.

Monique Vénuat est Professeur émérite à l’UCA et spécialiste de civilisation britannique des XVIe et XVIIe siècles. Elle a notamment été, de 2000 à 2014, directrice adjointe du CERHAC (l’ancêtre de l’IHRIM), directrice de l’équipe « Réforme et Contre-Réforme », et aussi directrice de la collection des Cahiers de l’équipe Réforme et Contre-Réforme (PUBP). Elle a dernièrement publié de nombreux ouvrages collectifs, dont L’éloquence ecclésiastique de la pré-Réforme aux Lumières avec Christian Jérémie, publié chez Honoré Champion. Elle a tout récemment co-dirigé un volume intitulé La naissance des académies protestantes et la diffusion du modèle aux Presses Universitaires Plaise Pascal.