Le rôle des intempéries dans l’oeuvre de William Godwin

Pierre Lurbe (Sorbonne Université)

[télécharger la proposition] [télécharger les extraits]

L’œuvre de William Godwin (1756-1836) comporte deux volets indissociables : l’un, proprement politique, que représente au premier chef An Enquiry Concerning Political Justice (en abrégé ECPJ), publié d’abord en 1793, puis réédité deux fois après diverses révisions (1794, 1798) ; l’autre, romanesque, dont l’exemple le plus connu est Things as They Are, or, The Adventures of Caleb Williams, publié d’abord en 1794, puis révisé à pas moins de trois reprises avant sa dernière publication, en 1831, dans la série des Standard Novels. Son dernier roman du siècle, St. Leon : a Tale of the Sixteenth Century (1799), fit également l’objet de deux autres éditions avant d’être à son tour publié, dans sa version finale, dans la même collection que Caleb Williams, et également en 1831.

Si l’on peut décrire ces deux volets de l’œuvre de Godwin comme indissociables, c’est d’abord parce que leur auteur l’a voulu ainsi. La préface de Caleb Williams fait explicitement état du projet de l’auteur, qui est de poursuivre par les moyens de la fiction romanesque le travail entrepris dans le traité de philosophie politique publié l’année précédente, dans l’espoir que le récit donnerait à voir ce que le traité donnait à entendre intellectuellement.

Ce n’est pas ici le lieu de commenter la pertinence, ou la réussite de ce projet godwinien, dans lequel la fiction est présentée comme le « véhicule » (le terme figure dans la préface) destiné à rendre assimilable les leçons de philosophie politique dispensées par ailleurs.

Plus modestement, il s’agira de mettre en relief un point nodal de friction et de dissonance entre les deux genres, qui se manifeste précisément quand il s’agit de catastrophes climatiques ou de tremblements de terre.

Le point de départ de la réflexion nous est fourni par le deuxième chapitre du livre IV de ECPJ. Intitulé « Of Revolutions », sujet dont le moins qu’on puisse dire est qu’il était à l’ordre du jour dans les années 1790, ce chapitre fit l’objet d’un des remaniements les plus significatifs entre l’édition initiale de 1793 et celle de 1798. Dans cette dernière édition, qui est aussi l’édition finale, Godwin introduit en effet une comparaison entre la violence révolutionnaire, d’origine purement humaine, et la violence d’un tremblement de terre, qui ne relève d’aucune intentionnalité et s’explique par les seules lois de la nature. Si la première forme de violence engendre inévitablement des passions funestes, comme le désir de vengeance, qui corrodent et détruisent la société humaine, la seconde, par contraste, est parfaitement triviale : on est ici dans le climat épicurien du Suave mari magno… de Lucrèce.

Mais dans la fiction, il en va tout autrement. Si Caleb Williams contient plusieurs passages dans lesquels les intempéries, plus ou moins extrêmes (tempêtes et averses de grêle), jouent un rôle non négligeable, c’est dans St Leon qu’est longuement décrit, au chapitre VIII, un orage d’une telle violence qu’il en prend l’allure d’un cataclysme cosmique, balayant tout sur son passage et tuant bêtes et gens. Présent dans l’édition initiale de 1799, ce chapitre se retrouve à l’identique, à quelques mots près, dans l’édition finale de 1831. Mais face au désastre, le narrateur ne fait pas preuve de la même équanimité que le philosophe détaché de ECPJ.

C’est ce régime de fonctionnement radicalement différent face à des événements climatiques ou telluriques extrêmes qu’il s’agit d’interroger.

 

Extraits

 

Bibliographie

Sources primaires

  • GODWIN, William. Caleb Williams ; ed. Patricia Clemit. Oxford : Oxford World’s Classics, 2009 [texte de l’édition de 1794]
  • GODWIN, William. An Enquiry Concerning Political Justice ; ed. Mark Philp. Oxford : Oxford World’s Classics, 2009 [texte de l’édition de 1793]

Site Internet

  • L’édition de 1798 de An Enquiry Concerning Political Justice : [cliquez ici]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.