Pour une lecture écocritique de Summer’s Last Will and Testament de Thomas Nashe

Sophie Chiari (Université Clermont Auvergne)

[télécharger la proposition]  [télécharger le texte de la pièce]

 Alors que les jours de l’Été, malade, sont comptés, ce dernier se cherche un successeur et déclenche sans le vouloir une guerre des saisons. Voilà en quelques mots l’intrigue principale de Summer’s Last Will and Testament (1600), qui fait partie de ce que Steve Mentz appelle les « weather plays » de la période Tudor. Cette pièce met en effet en scène le Printemps, l’Été, l’Automne et l’Hiver personnifiés et elle reflète à sa manière les bouleversements climatiques qui ont frappé l’Angleterre à la fin du XVIe siècle. Précisons d’emblée qu’elle ne se réduit pas pour autant à un simple commentaire poétique et dramatique sur le cycle des saisons puisque « Lord Summer » n’est autre que le double à peine voilé de l’archevêque John Whitgift. Ce dernier assista probablement à sa représentation, la pièce ayant été jouée au sein même de son palais de Croydon (peut-être avec Shakespeare dans le rôle titre si l’on en croit les stimulantes hypothèses émises par Katherine Duncan-Jones dans un article intitulé « Shakespeare, the Motley Player »).

Inclassable, elle se situe quelque part entre la comédie, la tragédie, l’allégorie, l’interlude et le divertissement de cour. Elle est particulièrement éclairante pour notre propos en ce qu’elle aborde une série de catastrophes naturelles (la sécheresse, l’humidité, le déluge, etc.) et qu’elle a pour toile de fond l’épidémie de peste qui frappa Londres en 1592. Derrière les saillies comiques perce donc une réelle inquiétude vis-à-vis du climat tant politico-religieux que sociologique et météorologique que les contemporains de Nashe doivent subir.

Nashe crée pour l’occasion le terme de « Backwinter »[1] qui, en désignant le retour d’un hiver intempestif et particulièrement rude, rappelle les températures très basses qui sévissaient au cours de ce que l’on a appelé le « Petit Âge Glaciaire » et qui faisaient regretter aux Élisabéthains la fertilité réelle ou supposée de la génération précédente. « Backwinter » est, selon Nashe, le fils ingrat de l’Hiver et il s’avère si menaçant dans la pièce que, même mourant, l’Été trouve la force de le bannir. Furieux, il quitte la scène en s’exclamant : « I will peep forth, thy kingdom to supplant. / My father I will quickly freeze to death, / And then sol monarch will I sit, and think / How I may banish thee, as thou dost me. »

Pareille violence est ici mise en scène comme pour mieux être conjurée.

En étudiant ce texte hybride, souvent critiqué pour son manque de tension dramatique, et partiellement délaissé par les spécialistes de la première modernité, je souhaite tout d’abord comprendre en quoi il est véritablement représentatif de son époque (on y retrouve par exemple des passages qui font écho aux prières que l’on récitait lors de la fête des Rogations pour se protéger de la peste et du mauvais temps). Dans un deuxième temps, j’étudierai la manière dont il se démarque de certaines perceptions des avaries climatiques qui caractérisent la Renaissance (Nashe, nous précise Philip Schwyzer, fut un écrivain qui chercha constamment à innover durant sa carrière) pour aborder, in fine, ce qui constitue son originalité afin d’y voir un texte annonciateur des masques de cour jacobéens qui firent du soleil, de la pluie et des astres des éléments structurants dans leurs spectacles grandioses. En me permettant ainsi de revenir sur les concepts de « nature » et de « catastrophe » disséqués par l’œuvre de Nashe, Summer’s Last Will and Testament me conduira à mener une réflexion ciblée sur la pertinence de l’idée même de « catastrophe naturelle » dans l’Angleterre élisabéthaine

  

Bibliographie

Sources primaires

  • Nashe, Thomas. A pleasant comedie, called Summers last will and testament, London, Walter Burre, 1600. [cliquez ici pour lire le texte en ligne]
  • Nashe, Thomas. Summer’s Last Will and Testament in Thomas Nashe. Selected Works, ed. Stanley Wells, Abingdon, Routledge, Routledge Revivals, (1964), 2015.

Source secondaires

  • Duncan-Jones, Katherine. « Shakespeare, the Motley Player », The Review of English Studies, New Series, vol. 60, No. 247 (November 2009), pp. 723-43.
  • Egan, Gabriel. Shakespeare and Ecocritical Theory, London, Bloomsbury, 2015.
  • Hulme, Mike. « Climate » in The Cambridge Guide to the Worlds of Shakespeare. Shakespeare’s World, 1500-1660, vol. 1, ed. Bruce R. Smith, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, pp. 29-34.
  • Marienstras, Richard. « La fête des Rogations et l’importance des limites à l’époque élisabéthaine » in L’Europe de la Renaissance. Cultures et civilisations. Mélanges offerts à Marie-Thérèse Jones-Davies, Paris, Jean Touzot, 1988, pp. 109-26.
  • Mentz, Steve. « Strange Weather in King Lear », Shakespeare, 6: 2, 2010, pp. 139-52.
  • Schwyzer, Philip. « Summer Fruit and Autumn Leaves: Thomas Nashe in 1593 », English Literary Renaissance, vol. 24, No. 3, Studies in the 1590s (Autumn 1994), pp. 583-619.

[1] Je reviendrai sur l’entrée « Backwinter » de l’OED qui attribue bien l’invention de ce terme à Nashe mais qui cite un autre texte du même écrivain, celui de Lenten Stuffe (1599).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.