Mises en scène de tempêtes providentielles en mer dans le théâtre anglais de la Renaissance

Ladan Niayesh (Université Paris Diderot – Paris 7)

[télécharger la proposition]

La tempête providentielle en mer est un des mythes fondateurs de l’identité nationale et proto-impériale anglaise à la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème siècle. Ses déclinaisons multiples sont relayées par une littérature et une iconographie abondantes, depuis la dispersion en mer de l’Invincible Armada espagnole (1588) jusqu’aux récits de sauvetages miraculeux de naufragés anglais au Nouveau Monde, à l’instar des « Bermuda pamphlets » qui ont notamment inspiré The Tempest de Shakespeare. Dans l’imaginaire des contemporains du Barde, de tels événements reproduisent ou suivent le schéma biblique du Déluge, avec son schéma archétypal de survivants qui triomphent d’éléments déchaînés comme prélude à l’établissement d’un ordre nouveau et à une redéfinition de leur statut humain, social et politique en son sein.

Avec sa structure en bois rappelant largement la coque d’un navire, le théâtre public anglais de cette période fait la part belle aux tropes de la tempête et du naufrage en mer, et ce en dépit de possibilités limitées en termes d’effets spéciaux. Dans cette présentation, je m’attacherai à mettre en évidence les procédés par lesquels le théâtre de cette période parvient à suppléer, plutôt qu’à se substituer à l’imagination du spectateur pour partager avec lui l’expérience humaine d’un cataclysme fondateur et des émotions qui l’accompagnent. Je m’appuierai pour ce faire sur les indications scéniques précieuses des éditions d’origine des pièces, notamment en accompagnement de passages en pantomime (dumb shows), qui nous renseignent sur les conventions de mise en scène pour évoquer l’idée d’une tempête et d’un naufrage, comme « Enter Pericles wet and half-naked » (Pericles, scène 5, OSD).

Dans mon étude, je m’intéresserai également à la dimension générique des pièces comportant des scènes de tempête en mer et au moment où ces scènes interviennent. Apparaissant le plus souvent à l’ouverture des pièces ou peu après le début (comme dans The Four Prentices of London de Heywood, The Comedy of Errors, Twelfth Night, Pericles ou The Tempest de Shakespeare, ou encore the Sea Voyage de Fletcher et Massinger), ces tempêtes fondatrices servent de déclencheur à une action de nature héroïque, romanesque et initiatique. La suite de l’intrigue consistera à rassembler et à reconstruire ce qui a été dispersé au départ (personnages, langage, bases sociales et politiques, etc). In fine, loin d’être un désastre universel et humain, la tempête en mer se révèle comme ce « sea-change » miraculeux promis par la chanson d’Ariel dans The Tempest, un chaos qui n’est qu’apparent et qui ne détruit un ordre ancien que pour mieux construire du neuf et du sain avec ce qui a été sauvé du naufrage (cas de la tempête comme tournant de l’action tragique vers une issue romantique et comique dans The Winter’s Tale de Shakespeare).

 

Questions éventuelles

  • Je n’ai pas trouvé d’exemples déterminants pour l’action de tempêtes dans les tragédies ou de tempêtes intervenant tardivement, près de la conclusion des pièces. Il me faudrait compléter et vérifier mes hypothèses de ce point de vue.
  • Il faudrait examiner s’il y a une évolution dans le temps pour les conventions qui accompagnent les scènes de naufrage (nudité, tonnerre et éclair, etc), notamment sous l’effet des nouvelles possibilités de machinerie et de décors (dont les periaktoi) utilisées dans les masques.

 

Bibliographie

  • Dan Brayton. Shakespeare’s Ocean: An Ecocritical Exploration. Charlottesville: University of Virginia Press, 2012.
  • Christopher Cobb. The Staging of Romance in Late Shakespeare: Text and Theatrical Technique. Newark: University of Delaware Press, 2007.
  • Allan C. Dessen et Leslie Thomson. A Dictionary of Stage Directions in English Drama 1580-1642. Cambridge: Cambridge University Press, 1999.
  • Gwilyn Jones. Shakespeare’s Storms. Manchester: Manchester University Press, 2015.
  • Jeremy Lopez. Theatrical Convention and Audience Response in Early Modern Drama. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.
  • David McInnis. Mind-Travelling and Voyage Drama in Early Modern England. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2013.
  • Steve Mentz. At the Bottom of Shakespeare’s Ocean. Londres: Continuum, 2009.
  • Steve Mentz. Shipwreck Modernity: Ecologies of Globalization, 1550-1719. Minneapolis et Londres: University of Minnesota Press, 2015.
  • Supama Roychoudhury. ‘Mental Tempests, Sea of Trouble: The Perturbations of Shakespeare’s Pericles’, ELH 82.4 (2015), pp. 1013-1039.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.