« Hear you not the rushing sound of the coming tempest? » (The Last Man, p. 315) : Mary Shelley et la tempête

Anne Rouhette (Université Clermont Auvergne)

[télécharger la proposition]  [télécharger l’annexe]

Est-ce parce qu’en 1816, Mary Shelley a vécu les impressionnantes tempêtes de l’  « année sans été », phénomène climatique dû à l’éruption volcanique la plus puissante jamais enregistrée, celle du mont Tambora en Indonésie (avril 1815) ? Son œuvre fourmille de descriptions d’orages violents, réels, comme ceux qu’elle observe depuis les rives du lac Léman dans Histoire d’un voyage de six semaines (1817), ou fictionnels, comme ceux pendant lesquels Victor Frankenstein aperçoit sa créature (Frankenstein, 1818), et ceux qui accompagnent l’avancée de la peste qui anéantit la race humaine dans The Last Man (1824). Bien sûr, ces orages sont aussi métaphoriques et caractérisent les tourments de l’âme, celle de Victor ou celle du Monstre en particulier, selon le topos romantique bien connu, mais je souhaiterais m’intéresser en premier lieu aux manifestations physiques de la tempête et au rôle que celle-ci peut jouer dans l’économie des trois œuvres citées supra, particulièrement dans les deux romans. Malgré l’intérêt avéré de Mary Shelley pour les débats scientifiques de son temps (voir par exemple l’introduction que Marilyn Butler a écrite pour son édition de Frankenstein), ses tempêtes valent avant tout pour leur valeur esthétique, apocalyptique ou prophétique, et puisent davantage dans la tradition littéraire, notamment chez Shakespeare et Defoe, que dans les théories climatiques de son temps. Il est même possible de voir un rejet de l’interprétation scientifique du phénomène à travers le ridicule qui s’attache à la figure de Merrival, astronome et climatologue avant l’heure dans The Last Man. À ce stade (embryonnaire) de ma réflexion, il me semble que la tempête est pour Mary Shelley un événement artistique au premier lieu, la nature imitant l’art, ce que j’aimerais approfondir à partir de ce rejet de la science que je viens d’esquisser.

Annexe : extraits de différentes œuvres de Mary Shelley

Bibliographie

  • Butler, Marilyn. Introduction. Frankenstein, ed. Marilyn Butler, Oxford, Oxford World’s Classics, 2008 (1994).
  • Le Roy Ladurie, Emmanuel, Histoire humaine et comparée du climat II : disettes et révolutions (1740-1860), Paris, Fayard, 2006.
  • Shelley, Mary. Frankenstein, Or, The Modern Prometheus, ed. J. Paul Hunter, New York, Norton, 2012.
  • Shelley, Mary. The Last Man, ed. Morton D. Paley, Oxford, Oxford World’s Classics, 2008 (1994).
  • Shelley, Mary, et Percy Bysshe Shelley. History of a Six Weeks’ Tour, intr. Jonathan Wordsworth, Otley, Woodstock Books, « A Woodstock Facsimile », 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.