« Unseasonable » – la découverte du grand Nord : perspectives climatiques, économiques et esthétiques dans les récits d’exploration de la Nouvelle Angleterre aux terres Arctiques (1530-1630)

Sophie Lemercier-Goddard (École Normale Supérieure de Lyon)

[télécharger la proposition]

Les raisons qui expliquent les échecs répétés des explorateurs et voyageurs anglais dans leurs tentatives de colonisation en Amérique du nord et dans leur quête d’une voie qui leur donnerait accès aux richesses de Cathay, le mythique détroit d’Anian, sont nombreuses mais il est un ennemi que marins et géographes tardent à identifier : le climat. Dans A True Discourse, le récit des trois expéditions de Martin Frobisher en quête du passage du Nord-Ouest entre 1576 and 1578 au nord de Terre-Neuve, le climat est qualifié de “hors-saison”(“unseasonable”). George Best, premier lieutenant de Frobisher et auteur de la relation, note qu’il est tombé plus de 15 cm de neige un 26 juillet, dans une atmosphère froide et piquante. Le froid et la glace qui sont présents chaque été ne laissent d’étonner les Anglais, mais c’est plus encore la succession de phénomènes climatiques extrêmes et contradictoires qui confondent les voyageurs :

“notwthstanding this cold ayre, the sunne many times hathe a marvellous force of heate amongst those mountains, insomuche, that when ther is no breth of wind to bring ye cold ayre from the dispersed ise upon us, we shall be weary of the blominge heate, and then sodainly with a perry of wind whiche commeth down from ye hollowness of ye hilles, we shal have such a breth of heate brought upon our face, as though we were entred some bastow or hotehouse” (G. Best, A True Discourse, p. 250-51).

Le climat du grand Nord n’est pas seulement l’envers de la “zona torrida” de l’équateur : c’est un temps “hors de saison” qui échappe à toute logique. Les températures négatives en été (puisque les premières explorations ont lieu entre avril et septembre) ne semblent pas avoir d’incidence sur la fertilité des terres : en dépit de quelques terrains arides, les voyageurs notent des jardins fleuris de roses, de baies, de fraises et de framboises sauvages (Hayes, Gilbert, 1583 ; Florio, Cartier, 1580). Le gibier à plumes et à poils reste abondant toute l’année durant : les hommes s’émerveillent devant certaines îles couvertes de pingouins (“the Ilande of Byrdes” dans la narration de Jacques Cartier) et la pêche à la morue prend des allures de pêche miraculeuse (“the greatest fishing of Coddes that is possible : for staying for our companie, in less than an houre, we tooke above an hundred of them”, Florio, Cartier, p. 9).  L’impossibilité d’imaginer les rigueurs de l’hiver, de la Virginie aux terres arctiques, relève de l’épistémologie scientifique et des errements des théories climatiques qui se fondent sur la latitude pour comprendre les variations météorologiques et en vertu desquelles Terre-Neuve, située entre le 48eme et le 50eme parallèle nord, devrait présenter un climat similaire à celui de Penzance en Cornouailles ou Orléans.  L’incompréhension face au climat est tout autant un biais cognitif, qui se nourrit du désir politique et idéologique d’émuler les nations qui ont formé leur empire en Amérique du Sud, et des pratiques empiriques des observateurs : ainsi l’habillement des Iroquois rencontrés au Canada, qui vont torse nu et pieds nus sur la neige et la glace, est interprété comme le signe de la nature sauvage des peuples natifs de ces contrées mais semble aussi indiquer qu’une acclimatation est possible.[1]

S’intéresser aux représentations de ce climat de l’extrême dans les récits des explorateurs français et anglais, dans leurs textes d’origine et dans leurs traductions (en italien, en anglais, en en français) permettra d’étudier les questions suivantes :

  • circulation des savoirs, pensée scientifique et discours empirique à la Renaissance > comment les récits de voyages contribuent-ils à l’avancée des théories scientifiques sur le climat ?
  • expansion territoriale, colonisation, empire > dans quelle mesure le froid et la glace sont-ils responsables des échecs répétés des Anglais avant la fondation de Jamestown (1607) ? Le climat continental de l’Amérique du Nord, de la Virginie à Terre-Neuve et jusqu’en Arctique, impose-t-il un modèle colonial particulier ?
  • les visées politique et économique de ces récits d’exploration du nord du continent américain permettent-elles l’expression d’une poétique ? Comment s’expriment l’accoutumance et la résistance au froid ? La glace est un obstacle naturel physique qui interrompt l’avancée des planteurs européens, c’est une épreuve physiologique et intellectuelle pour des hommes qui ne savent s’adapter à ce nouvel environnement, mais bientôt le froid devient un élément providentiel qui permet d’ancrer la colonisation britannique dans un discours héroïque et une esthétique sacrificielle.

Enfin, cette expérience météorologique de l’extrême, la découverte de ce temps “hors-saison », se lit aussi comme la chronique d’une catastrophe annoncée à une échelle géologique : les descriptions idylliques des ressources infinies que font Cartier aux environs de Terre-Neuve, ou Hudson dans la baie qui porte son nom, sont les premiers témoignages oculaires, et les derniers. Dans ces récits de voyages, l’émerveillement des hommes devant une nature féconde et prodigieuse est l’illustration indirecte de l’épuisement des ressources naturelles en Europe. L’exploitation économique qui se met en place tout au long du XVIe siècle (pêche et colonisation) marque un tournant écologique. En dépit de ce climat “hors-saison” caractérisé par des phénomènes extrêmes, le grand Nord et l’Atlantique nord vont devenir le moteur d’un développement “insoutenable” (“unseasonable” au sens d’inopportun et de néfaste)[2] qui signale l’avènement de l’Anthropocène.  

 

Bibliographie

Sources primaires

  • Best, George.  A True Discourse of the late voyages of Discoverie for finding of a passage to Cathaya, R. Collinson ed., London, Hakluyt Society, 1867, rev. ed. 1963. 
  • Florio, John. A shorte and briefe narration of the two Navigations and Discoveries to the Northwest partes called Newe France: First translated out of French into Italian, by that famous learned man Gio: Bapt: Ramutius, and now turned into English by Iohn Florio: Worthy the reading of all Venturers, Trauellers, and Discouerers. London, H. Bynneman, 1580.
  • Hayes, Edward, “A report of the voyage and successe thereof, attempted in the yeere of our    Lord, 1583. by Sir Humfrey Gilbert knight”, Principall navigations, London, 1589, pp. 679–97.
  • Quinn, David Beers, and Alison M. Quinn. The English New England Voyages, 1602-1608. Works Issued by the Hakluyt Society Second Series No. 161. London: Hakluyt Society, 1983.
  • Smith, John. A Description of New England, London, pr. By H. Lownes for R. Clerke, 1616.

Sources secondaires

  • Bolster, W. Jeffrey. The Mortal Sea: Fishing the Atlantic in the Age of Sail. Cambridge, Mass.: Belknap Press of Harvard University Press, 2012.
  • Brandt, Anthony, and National Geographic Society. The Tragic History of the Sea: Shipwrecks from the Bible to Titanic. Washington, D.C.: National Geographic Society, 2006.
  • Janku, Andrea, Gerrit J. Schenk, and Franz Mauelshagen. Historical Disasters in Context: Science, Religion, and Politics. Routledge Studies in Cultural History ; 15. New York: Routledge, 2012.
  • Kupperman, Karen Ordahl. “The Puzzle of the American Climate in the Early Colonial Period,” The American Historical Review, Volume 87, Issue 5, 1 December 1982, pp. 1262–1289, https://doi.org/10.1086/ahr/87.5.1262
  • Kurlansky, Mark. Cod: a biography of the fish that changed the world. London, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Vintage, 1999.
  • Lewis, Simon L., and Mark A. Maslin. “Defining the Anthropocene.” Nature 519, no. 7542 (2015):171. https://doi.org/10.1038/nature14258.

[1] “…the men as women as children are very much more able to resist colde, than savage beasts, for we with our own eyes have seene some of them, when it was coldest, (which was extremely  raw and bitter) come to our ships stark naked going upon Snowe and Ice, which seemeth incredible to them that have not seene it”. (Florio, Cartier, 1580, p. 60) Je reviendrai sur cet exemple lors des tables rondes.

[2] OED, 1.a.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.